AFP

Le skipper indien Abhilash Tomy, blessé et seul à bord de son voilier en perdition au sud-sud-est de Maurice, a été secouru par une mission internationale. Il se trouve dans un état « stable », ont annoncé les autorités australiennes.

Le voilier de l’Indien Abhilash Tomy, engagé dans la course autour du monde en solitaire, Golden Globe Race, a démâté vendredi en raison d’intempéries dans l’océan Indien, à environ 3.7 km des côtes occidentales de l’Australie.

Abhilash Tomy, 39 ans, qui agit comme officier de l’aviation navale indienne, avait été grièvement blessé et était immobilisé dans sa couchette, selon les organisateurs de la course.

Un Irlandais, Gregor McGuckin, 32 ans, également participant à la course, a lui aussi été secouru. Il n’avait pas été blessé mais avait fait savoir qu’il voulait abandonner, car son bateau avait été endommagé.

Les deux marins ont été localisés et secourus lundi par le patrouilleur hauturier français Osiris, qui effectue en temps normal des missions de surveillance des pêches à partir de La Réunion.

« Pour l’heure, les informations sur les deux skippers sont qu’ils sont dans un bon état, un état stable », a déclaré aux journalistes à Canberra Al Lloyd, de l’Autorité australienne de la sécurité maritime (Amsa), qui coordonne les secours.

Les deux hommes sont attendus tard mardi dans l’île Amsterdam, minuscule territoire français du sud de l’océan indien, où ils seront évalués par une équipe médicale.

L’équipage français avait administré les premiers soins au marin indien à bord de son bateau Thuriya.

McGuckin était parti tenter de porter secours à Tomy sous gréement de fortune, arrivant sur les lieux en même temps que l’Osiris, a précisé M. Lloyd.

Pour l’heure, il est prévu qu’ils soient transférés sur la frégate australienne HMAS Ballarat, attendue sur l’île vendredi, puis conduits en Australie, a-t-il ajouté.

Dix-sept marins ont pris le départ le 1er juillet aux Sables-d’Olonne de la Golden Globe Race, qui doit durer entre huit à dix mois à bord de petits voiliers dépourvus de moyens modernes, dans l’esprit des pionniers de la course autour du monde en solitaire.

-AFP