Une commission d’enquête sur le projet abandonné, Heritage City, sera menée par le PTr une fois que le parti aura retrouvé le pouvoir. C’est ce qu’a affirmé Navin Ramgoolam lors d’un congrès à Goodlands hier soir. Devant ses partisans, il est allé dans le même sens que Gérard Sanspeur, Senior Advisor au ministère des Finances, sur les zones d’ombre qui entourent le projet. « Gérard Sanspeur a eu le courage de dire que le projet comporte des zones d’ombre. La manière dont nous avons arrêté le projet n’inspire pas confiance aux investisseurs », a-t-il déclaré. Selon l’ex-Premier ministre, le projet Heritage City « n’est pas la priorité du moment ».
Défendant son projet de métro léger, il avance que ce type d’initiative aurait « facilité le quotidien » des Mauriciens. Navin Ramgoolam avance « ne pas comprendre le mode d’emploi de Roshi Bhadain de faire accepter le projet Heritage City par le Premier ministre », sir Anerood Jugnauth. Selon lui, le Premier ministre devra demander à Roshi Bhadain de « rendre l’argent payé à la firme Stree Consulting ». Et de se demander : « Comment est-ce possible que Roshi Bhadain ne soit pas passé par les procédures ? » Concernant le vice-Premier ministre Showkutally Soodhun, il estime que « le prêt qu’il a négocié avec l’Arabie saoudite devra être remboursé avec un intérêt de 2% alors que le prêt de l’Inde ne réclamait qu’un intérêt de 0,8% ».
Navin Ramgoolam a aussi abordé le cas de l’avocat Kailash Trilochun, beau-frère et cousin du ministre des Infrastructures publiques, Nando Bodha, et de ses honoraires de Rs 19 millions. Selon lui, « il devra rendre une partie de cet argent » et « devra demander des excuses auprès de la population car ayant été payé avec l’argent des contribuables ».
L’ex-Premier ministre a ensuite évoqué le nombre d’accidents de la route, soit 85 depuis le début de l’année. Selon lui, « tout le système » qu’il avait mis en place visant à réduire le nombre de morts « a été mis à la poubelle par le gouvernement ». Toutefois, il dit constater qu’au vu du nombre de décès, « le gouvernement a dû revenir à l’ancien système, surtout en ce qu’il s’agit des caméras sur les routes ». Il a ensuite égratigné le Premier ministre pour son « fonctionnement » en tant que chef du gouvernement. « Nous avons un Premier ministre “part-time” », a-t-il fait ressortir, ajoutant que sir Anerood Jugnauth veut « l’éliminer de la scène politique ».
Le leader du PTr en a également profité pour clamer son « innocence » dans l’affaire du Pandit Sungkur. «  Je n’ai jamais perçu d’argent de lui », dit-il. Pour lui, le cas en cour contre l’homme religieux a été rayé, démontrant que « la vérité finira par éclater un beau jour ». Au sujet de la drogue de synthèse, Navin Ramgoolam a exprimé ses inquiétudes. « La drogue fait rage chez les jeunes et le Premier ministre ne fait rien », dit-il, avant d’ajouter « regretter » que « le pays aille directement vers un naufrage économique ». Selon lui, le chômage est « en nette croissance » tandis que « les pauvres s’appauvrissent davantage ». Est également intervenu lors de ce congrès, Arvin Boolell, qui a demandé au « rassemblement de la masse à lutter contre le gouvernement ».