Sir Anerood Jugnauth a déclaré hier soir, lors du congrès du MSM à Goodlands, que l’avenir « se ou ki décide », ajoutant que le parti ne compte nullement faire alliance, « sauf avec la population ».
« Rien ne nous empêche de répéter le miracle économique que nous avions réussi dans le passé pour faire de Maurice un véritable paradis où il fait bon vivre », a-t-il déclaré, après avoir décrié le Premier ministre sur plusieurs dossiers, à commencer par le transport gratuit aux étudiants, la pension de vieillesse et la construction de centres de récréation à l’intention des personnes âgées. L’ancien Premier ministre a nié avoir parlé à Navin Ramgoolam au sujet du transport gratuit après les élections de 2005. « Je ne lui jamais dit qu’il ne faut pas offrir le transport gratuit aux étudiants. Idem pour ce qui est de la pension de vieillesse. Je n’ai pas mis fin à cette pension lorsque le pays était en difficulté économique en 1982. J’avais dit que ceux qui ne la méritent pas ne doivent pas la recevoir. De cette façon, on pourra  grossir la part des autres bénéficiaires », a-t-il affirmé, en se demandant : « Ou kwar mo merit sa pansyon la mwa ou byen ban kapitalis bizin sa ? »  S’agissant de la construction de centres de récréation pour le troisième âge, sir Anerood a rappelé que c’est lui qui avait fait construire le premier centre à Pointe-aux-Sables, « et pas l’actuel Premier ministre ».
Auparavant,  il a dit à la population, surtout aux jeunes, qu’ils devraient connaître l’histoire du pays, surtout celle des années 80, lorsque le pays était en faillite économique. « Nous avons changé la situation entre 1982 et 1995, et le pays a prospéré. C’était le miracle économique. Si Navin Ramgoolam ou Paul Bérenger étaient à la tête du pays à cette époque, ou ti pou fini pou ou kont », a-t-il soutenu. Et de rappeler que c’est Paul Bérenger qui avait demandé à la population de « manz patat ek manioc », poursuivant : « Mais c’est grâce à moi que vous ne l’avez pas fait et que vous avez eu le meilleur riz pour vous nourrir. »
Sir Anerood a demandé à la population de « raisonner » et de « ne pas laisser les sentiments prendre le dessus sur la raison ». S’adressant à son auditoire, il ajoute : « Vous devez voir la réalité en face. Voulez-vous de la pauvreté, de la misère, du chômage, d’un pays où les riches deviennent plus riches et les pauvres plus pauvres ? » Et d’ajouter que « la situation est très sérieuse ».
Pour sa part, le leader du MSM, Pravind Jugnauth, a annoncé, en cas de victoire du MSM aux prochaines élections générales, la mise en place d’un mécanisme pour aider les pauvres à acheter certaines denrées alimentaires à des prix préférentiels. Ce parti travaille aussi, selon lui, sur un salaire minimal pour les salariés au bas de l’échelle. Le président du parti, Showkutally Soodhun, a, lui, dénoncé la « mainmise des agents du Ptr » sur les terres de l’État, dans le Nord de l’île. Quant à Pradeep Roopun, il a critiqué le leader de l’opposition qui, dit-il, veut devenir Premier ministre « au plus vite ». Danielle Selvon, Soodesh Ragoobar et Barlen Vyapoury ont également pris la parole à ce congrès, qui était présidé par Ashit Gungah.