Le leader de l’Alliance Lepep, Sir Anerood Jugnauth, a été accueilli par une bonne foule hier soir lors d’un meeting organisé à Goodlands. Dans son discours, il a mis l’accent sur la responsabilité de l’électorat lors des élections du 10 décembre. « Du choix que vous allez faire dépendra l’avenir du pays », a-t-il rappelé. Le chef de file de l’Alliance Lepep dans la circonscription No 6 (Grand-Baie-Poudre-d’Or), Ashit Gungah, a affirmé être à la base du développement des infrastructures dans la région, « et non Lormus Bundhoo ».
L’Alliance Lepep se trouvait hier soir à Goodlands, où était organisé un meeting. « Du choix que vous allez faire dépendra l’avenir du pays », a pour l’occasion rappelée Sir Anerood Jugnauth. Selon lui, le pays se trouve « à la croisée de deux chemins », affirmant que « Navin Ramgoolam vous mène déjà sur l’un d’eux, où la misère a pris racine et l’avenir des jeunes est sombre, où il n’y a aucun espoir pour eux ». Il poursuit : « Le pouvoir de décider est revenu entre vos mains et vous avez à décider à qui vous allez le donner. (…) Si la population n’avait pas changé de gouvernement en 1982, la situation aurait été pire aujourd’hui. » Mais, déjà, a ajouté sir Anerood Jugnauth, « la population se retrouve dans une misère noire, et la grande majorité d’entre elle ne peut pas se permettre deux repas par jour. » Le leader poursuit : « Navin Ramgoolam et Paul Bérenger veulent le pouvoir à nouveau. Ils sont assoiffés. Zot pe get zot lintere. » Et de s’en prendre particulièrement au leader mauve qui, selon lui, « pe bliye tou frod, koripsyon e ban skandal ki li ti pe koze avan ».
Dénonçant les propos de Ramgoolam et Bérenger au sujet des résultats des prochaines élections, il a lancé :  « Zot pe pran lepep la pou kouyon (…) Ils parlent de 60-0, mais en voyant cette foule, qui est présente aujourd’hui, je leur dis kapav gayn 0-60 ! » Sir Anerood Jugnauth a aussi dénoncé les bribes électoraux qui, selon lui, « ont fait leur apparition en termes d’argent et de cannettes de bière, de cageots de poules et d’oeufs, et aussi de billets d’avions, pour un voyage » à Rodrigues. « Ils croient qu’ils pourront acheter la conscience des électeurs avec de l’argent, mais moi je vous dis de “pran li zot kas mem sa, me pa van zot konsyans” », a-t-il martelé.
Pour sa part, le candidat Ashit Gungah a dénoncé ce qu’il a qualifié de « représailles » pour empêcher les partisans de l’Alliance Lepep d’assister aux meetings. « Nous pouvons combattre n’importe quel obstacle avec la voix du peuple », a-t-il affirmé, avant de s’en prendre au candidat de l’alliance Ptr-MMM dans cette circonscription, en l’occurrence Lormus Bundhoo, qui, selon lui, « pe deklar proprite sirkonskripsyon la ». Et d’affirmer encore : « Il crie partout que c’est lui qui a construit la médiclinique de Goodlands, mais c’est l’Etat qui l’a fait, pas lui. Et c’est moi qui avait négocié le terrain sur lequel on a fait construire cette infrastructure ! »
L’autre candidat de cette alliance, Soudesh Rughoobur, a, lui, estimé que les jeunes « ne font plus confiance aux deux leaders de l’alliance Ptr-MMM, ki fin depase », avant d’affirmer : « Heureusement, il y a encore sir Anerood Jugnauth, Xavier-Luc Duval et Ivan Collendavelloo, qui nous donnent encore de l’espoir. Il y a aussi Ashit Gungah, à qui on avait offert des millions pour rester au gouvernement, mais qui a choisi d’aller du côté du peuple et du chemin de la vérité. » Finalement, le troisième candidat de cette alliance, Sangeet Fowdar, a déclaré que le MMM a été créé « pour lutter contre les abus du PTr », regrettant que « maintenant, tout est propre dans ce parti, selon Paul Bérenger ». Qualifiant l’alliance PTr-MMM de « contre-nature », il a dit que « si par maler zot revin o pouvwar, ce sera la catastrophe dans le pays ».