« Très vite, le pays comptera une industrie et une école de cinéma où l’on formera des acteurs et des actrices, tournera des longs métrages, des séries télévisées et des films d’animation ». C’est ce qu’a soutenu le ministre des Arts et de la Culture Mookhesswur Choonee à l’inauguration d’un centre de formation artistique à Goodlands, hier après-midi.
« Nous avons parlé aux producteurs indiens, américains et français ; nous leur avons dit que nous avons des bons acteurs à Maurice, pas seulement des figurants. Nous leur offrirons toutes les facilités pour tourner des films chez nous », a déclaré le ministre. Celui-ci a parlé du nouveau centre de formation artistique qui a été aménagé dans l’ancien bâtiment de la Banque de Développement situé près du marché de la localité. Ce centre, a-t-il indiqué, est destiné à tout le monde, aux grands comme aux petits et ce gratuitement pour s’initier à la musique et au théâtre, entre autres.
Pour sa part, le ministre de la Santé Lormus Bundhoo, également député de la circonscription, a choisi de faire un bilan des réalisations du gouvernement et d’annoncer les prochains développements à Goodlands. Bientôt, le gouvernement fera construire un nouveau marché dans cette localité, sur un terrain de trois arpents obtenu de l’établissement de St-Antoine, situé près du Farmers Service Centre. En outre, le contrat pour l’acquisition d’un terrain d’un arpent et demi pour la construction d’une médiclinique sera signé la semaine prochaine.
S’agissant du bilan du gouvernement depuis les dernières élections générales, M. Bundhoo a parlé du by-pass menant de Petit-Raffray à St-Antoine et de la construction de l’école du gouvernement Bhushan Ramnarain au coût de Rs 90 M, qui sera inaugurée bientôt.
À une question du Mauricien sur le rôle du studio de cinéma aménagé par Romesh Sharma à Le Goulet, Mookhesswur Choonee a dit que celui-ci également sera invité à faire partie de cette industrie du cinéma en développement. « Nous accueillerons tous ceux qui ont des intérêts dans cette industrie, ensemble avec leurs moyens et capacités. Tout cela requiert de gros investissements mais ils viendront », dit-il.