Pour marquer le 160e anniversaire de l’arrivée des Indiens en Guadeloupe, Global Organisation of People of Indian Origin (GOPIO) International et la branche guadeloupéenne organisent du 29 mai au 1er juin une conférence autour de Gandhi. Parmi la dizaine de pays francophones qui sera présente figure également Maurice, représentée par Mahyendrah Utchanah, président de GOPIO international et Armoogum Parsuramen. Tous deux interviendront sur des thèmes spécifiques.
Immigration indienne, Journée de mémoire – Un peuple qui oublie son passé se condamne à le revivre. Tel est le thème général de la rencontre entre la dizaine de pays francophones autour de cet événement dont la Suisse, La Réunion et le Canada. La conférence sera l’occasion, affirme le président du GOPIO international, de dresser un bilan après 160 ans de présence indienne et de mettre le cap sur de nouvelles perspectives.
Mahyendrah Utchanah, qui est par ailleurs le président de l’Aapravasi Ghat Trust Fund, interviendra sur la visite de Mahatma Gandhi à Maurice et le rayonnement que son séjour a eu en Afrique. Il s’attardera d’autre part sur les vingt-et-une années passées par cet homme en Afrique du Sud.
L’ancien directeur de l’Unesco Armoogum Parsuramen fera quant à lui une présentation sur la pertinence de Mahatma Gandhi dans le monde moderne. Il montrera comment ce « visionnaire » a inspiré des illustres tels que Martin Luther King, Nelson Mandela et le Dalaï-Lama, entre autres. M. Parsuramen affirmera que par politique, « Gandhi entendait être dépourvu d’influences corruptrices et sectaires ». Ce sera l’occasion pour ce dernier de rappeler quelques préceptes de Gandhi tels que “faites du temps votre allié” ou “pour faire bouger les gens dans une direction particulière, donnez-leur la propriété et faites d’eux des parties prenantes”. M. Parsuramen évoquera par ailleurs le sens de l’humour dont était pourvu Gandhi et dont il faisait usage pour combattre le stress.
En matière d’environnement, affirme M. Parsuramen, « Gandhi était un écologiste profond. Gandhi disait : “Il y a assez pour les nécessiteux, mais pas pour les gourmands” ».
Gandhi avait d’autre part une vision en matière de décentralisation, poursuit Armoogum Parsuramen : « Gandhi voulait faire des villages auto dépendants. Il a développé des dirigeants locaux au niveau de la base. La délégation et la confiance envers les gens mènent vers un long chemin, créant un pipeline de leaders ».
Enfin, il affirmera que pour Gandhi, « l’innovation est le mantra de la survie dans le monde d’aujourd’hui. De nombreuses entreprises comme Apple et Google la pratiquent. Gandhi utilisait avec succès des méthodes non violentes comme la non-coopération, la désobéissance civile contre le régime oppressif de l’histoire de l’humanité ».
Pour Armoogum Parsuramen, « Mahatma Gandhi avait une personnalité multidimensionnelle. Il avait de bonnes compétences de leadership, de persuasion, de formation et de développement. Ses enseignements sont encore pertinents aujourd’hui ».
Les deux participants mauriciens amènent avec eux, en Guadeloupe, une exposition sur Mahatma Gandhi, qui a été présentée l’an dernier au MGI. Grâce au personnel de cette dernière institution, l’expo a été traduite en français.
Armoogum Parsuramen profitera de cet événement pour inviter les Tamouls de Guadeloupe à une première conférence internationale sur les Tamouls, prévue cette année.