Les 200 participants de la 12e convention internationale de la Global organisation for people of Indian origine (GOPIO), qui s’est ouverte hier soir au Mahatma Gandhi Institute, à Moka, ont rendu un vibrant hommage au premier Président noir de l’Afrique du Sud et prix Nobel de la Paix 1993, Nelson Mandela, dont le décès a été annoncé dans la nuit de jeudi à vendredi par le président de son pays, Jacob Zuma. Les différents intervenants à l’occasion de cette cérémonie ont mis l’accent sur l’enseignement du Mahatma Gandhi et sur son impact dans la vie de Madiba.
Après une petite minute de silence, les orateurs ont tour à tour évoqué le lien qu’attachent les indiens de la diaspora avec leur terrre d’origine et de l’influence qu’a eu l’apôtre de la non-violence sur Nelson Mandela. « Nelson Mandela learned from Mahatma Ghandi how to go ahead for the freedom of his country », a déclaré l’invité principal à cette cérémonie, Raouf Bundhun. Ce dernier s’est longuement appesanti sur le sort des Indiens qui sont partis dans tous les coins du monde et note que l’auteur prolifique mauricien Abhimayu Anauth a écrit son roman fleuve Lal Pasina (Ndlr : “Sueur de sang”) sur la souffrance qu’ont enduré ceux qui ont travaillé dans les champs.
Intervenant en premier, le président de Gopio Mauritius, Premchand Boojhawon, a annoncé que le Premier ministre Navin Ramgoolam est fait « chief patron » de Gopio International. Selon lui, cette organisation n’appartient pas à une personne mais à tous les gens d’origine indienne. Selon le président de Gopio international, Selvarajoo Sundram, c’est d’ailleurs à travers cette organisation que les Malaisiens d’origine indienne ont commencé à connaître les Mauriciens et vice-versa. Il lance un appel aux gouvernements mauriciens et indiens pour faire de Maurice la capitale concrète de PIO.
Invité à prendre la parole, le professeur  Jugessur – pro-chancellier de l’Université de Maurice (UoM) –, affirme que Nelson Mandela « was inspired by Mahatma Gandhi and the message he brought to Africa is a message that the world at large welcomes ». Il poursuit : « We are proud that such people was inspired by people coming from India. »
Et d’ajouter que ces qualités sont inscrites dans les gènes de tous ceux de la diaspora. Selon lui, « les gens d’origine indienne ont la capacité de garder et de propager ces valeurs » et de « travailler pour améliorer leur situation économique et celle des autres ».
Le Deputy High Commissionner de l’Inde Ashok Kumar a affirmé pour sa part que le gouvernement indien s’est engagé pour que les gens de la diaspora puissent obtenir une plateforme commune pour échanger. Dans cet optique, dit-il, le Pravasi Bharatya Divas est organisé annuellement du 7 au 9, le 9 marquant l’arrivée de Gandhi en Inde en passant par l’Afrique du Sud, et de là, souligne-t-il, commence son combat pour la libération de l’Inde. Il invite les Mauriciens à participer en grand nombre au prochain PBD en Inde, qui se tiendra à New-Delhi.
La soirée d’hier était marquée par un vibrant hommage rendu au fondateur de GOPIO Mauritius Dhundev Bauhadoor. La 12e convention internationale a commencé dans la matinée avec des conférences sur les affaires et des rencontre entre hommes d’affaires mauriciens et de la diaspora, invitée pour l’occasion. Entre temps se tenait au MGI une exposition d’artistes mauriciens d’origine indienne, à savoir  Deepa Bauhadoor, Dev Chooramun, Maya Chummun, Kalindi Jundoosing et Arvin Ombika. Les travaux se poursuivent aujourd’hui et demain au MGI.