Le gouvernement mauricien par l’intermédiaire du ministère des Arts et de la Culture soumettra sous peu le draft nomination dossier du site des Gorges de la Rivière-Noire au World Heritage Committee pour son inscription sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO.
C’est ce qu’a indiqué ce matin au Mauricien un porte-parole du ministère. La compilation du dossier se fait en collaboration avec le National Park and Conservation Services.
Après Aapravasi Ghat et Le Morne, un troisième site mauricien pourrait s’ajouter à la prestigieuse liste du patrimoine mondial de l’UNESCO. La spécificité de ce site est cependant différente des deux autres. La valeur universelle des Gorges de la Rivière-Noire réside dans la « spéciation », soit « la différenciation des espèces au cours de l’évolution », expliquait au Mauricien, Guy Palmer. Ce consultant auprès du Africa World Heritage Fund était dépêché à Maurice durant le deuxième trimestre de l’année pour travailler avec l’équipe mauricienne dans le cadre de la préparation du dossier.
Selon Guy Palmer, ce processus remonterait à huit millions d’années à Maurice. Il estime cet argument très solide et compare la situation aux îles Galapagos. Il ajoute que le travail de conservation effectué par le National Park and Conservation Services (NPCS) est un élément fort, qui consolide le dossier en ce qui concerne la gestion du site. Pour rappel, les Gorges de la Rivière-Noire figure sur la liste des projets en attente d’être classés depuis une dizaine d’années.
Le classement du site n’entravera aucunement les activités qui ont lieu dans les gorges, dont les randonnées. Cependant, M. Palmer devait préciser que des véhicules n’y seront pas autorisés si ce n’est ceux des services. Selon lui, le classement du site « will create opportunities ». « Le développement se fera mais de manière contrôlée. »
Au début de septembre, une équipe mauricienne était en Namibie pour une formation sur la préparation du nomination dossier. Selon un préposé du ministère des Arts et de la Culture, des autres pays qui ont présenté un projet, à savoir la Namibie, l’Ouganda, le Kenya, l’Érythrée, les Seychelles et l’Afrique du Sud, seul celui de Maurice a été accepté.