La passerelle en béton construite à l’embouchure de la plage de Le Goulet est actuellement le sujet de graves préoccupations dans cette région à la suite des averses de ces deux dernières semaines. En effet, la partie nord de cette structure, qui permet d’enjamber la rivière Citron, a complètement cédé et représente une véritable menace pour ceux qui l’empruntent. Devant cette situation, décision a été prise de procéder à la démolition de ce passage pour piéton, avec la Beach Authority confiant ces travaux des plus délicats au contracteur MTTS.
Les informations glanées par Week-End sur le terrain, hier, indiquent que ces travaux très complexes devront attendre, compte tenu de la hauteur du niveau de l’eau à l’embouchure de la plage à Le Goulet. « Nous avons déjà entamé les procédures nécessaires en vue d’enclencher l’exercice de démolition de cette passerelle, qui représente un véritable danger, dès ce week-end. Mais avec la montée du niveau d’eau, il est tout simplement impossible de réaliser une opération si délicate », précise Aslam Moosafur, directeur de la firme MTTS qui a été contractée par la Beach Authority.
Le responsable de MTTS devait soutenir que, par ailleurs, l’eau boueuse de la rivière Citron se déversant dans la mer ne facilite en aucun cas les choses, et posera d’énormes problèmes de visibilité lorsqu’il faudra s’assurer de la stabilité des machines spécialisées. En attendant le début des travaux, des panneaux seront placés aux deux accès de la passerelle pour informer ceux qui l’empruntent des dangers qu’ils encourent, et dissuader les habitants de la région de Baie du Tombeau d’emprunter cette structure pour se rendre sur la plage publique de Le Goulet.
Dans un deuxième temps, pour éviter tout risque d’imprudence de la part des habitués, les deux escaliers menant à la partie supérieure du passage, et qui reposent sur des pilotis, seront démolis. « Avec ces deux mesures que nous prendrons dans les meilleurs délais, nous espérons qu’entre-temps le niveau d’eau baisse, ce qui nous permettra de passer aux choses sérieuses », poursuit Aslam Moosafur, qui s’est rendu sur les lieux, hier, pour un constat de la situation.
C’est le lendemain des pluies torrentielles du mercredi 13 février, qui ont provoqué chaos et paralysie à travers le pays tout entier, que la National Coast Guard (NCG) a relevé les dégâts causés à cette structure qui relie le village de Baie du Tombeau à la plage publique de Le Goulet. Les renseignements disponibles de sources autorisées indiquent que lors d’une « mobile patrol » à Le Goulet, une unité de la NCG devait constater que la partie nord de la passerelle en béton avait partiellement cédé avec les averses persistantes. Avec les conditions météorologiques des derniers jours, la partie inférieure en béton menant vers l’escalier nord a été balayée par les eaux, compte tenu du fait que le sable, faisant office de support, avait été préalablement emporté par la force des eaux.
Dans leur rapport consigné après avoir constaté ces dégâts, les officiers devaient soutenir que « it is opined that the present state of the bridge poses a hazard to members of the public and warrants urgents remedial actions. It is requested that the concerned authorities be apprised of the issue by way of an official letter on a priority basis. » En attendant les premières mesures entreprises par le contracteur MTTS, des officiers de la NCG assurant habituellement le Harbour Security étaient en stand-by mode dans le courant de la journée d’hier à la plage de Le Goulet pour parer à toute éventualité.