Le Procurement Policy Office (PPO) s’est embarqué le 17 janvier dernier dans un vaste projet visant à mettre en ligne tout le système d’appels d’offres des services publics. L’entrée en opération de ce nouveau système se fera par phase et s’échelonnera sur trois ans. Il nécessitera des investissements de l’ordre de Rs 90 millions, selon Éric Germain, Officer in Charge du PPO.
Le contrat en vue de la mise en oeuvre de ce projet a été alloué à la firme indienne Nextenders Pvt Ltd qui travaille en consortium avec Sify Technologies Ltd.
Une fois tout le système mis en place tout le cycle d’appels d’offres se fera en ligne dans le cadre de la Public Procurement Act. Chaque ministère ou service gouvernemental sera appelé à publier les appels d’offres par le biais d’un site internet dédié à cet effet. Le public et les fournisseurs seront en mesure de les consulter sur une base quotidienne et de soumettre leurs offres en ligne. « Tout sera fait conformément aux provisions de la Public Procurement Act. Les offres seront protégées selon un système de sécurité et personne ne pourra les ouvrir avant la date et l’heure prescrites initialement. Les soumissionnaires insatisfaits pourront, comme c’est le cas actuellement, faire appel auprès des instances appropriées» , soutient le conseiller attaché au PPO, M. Tahalooa.  L’intérêt de ce système est que les appels d’offres pourront se faire sans avoir recours au papier, ce qui représenterait une économie tant pour le gouvernement que pour les fournisseurs. « Tenant en compte l’ampleur des appels d’offres lancés par le gouvernement, une économie de 1% pourrait représenter une économie de l’ordre de Rs 150 M », estime M. Tahalooa.
Les petites et moyennes entreprises trouveront leur compte plus facilement auprès des services gouvernementaux grâce au système en ligne. En effet, les responsables des PME n’auront plus besoin de faire des déplacements jusqu’à Port-Louis pour soumettre leurs offres. Il suffirait pour eux d’avoir accès à un ordinateur disposant d’une connexion internet afin de le faire. A ce propos M. Tahalooa souligne que « the government introduced several measures to improve the share of SME procurement ». Avec le système en ligne, d’autres mesures seront introduites afin d’améliorer l’accès  des PME aux appels d’offres gouvernementaux.
Toutes les dispositions sont actuellement prises pour faire de ce projet un succès, insiste Éric Germain. Des sessions de formation avec tous les fonctionnaires concernés par les appels d’offres ont été engagées. Des rencontres avec les fournisseurs potentiels seront également organisées. Dans un premier temps, trois ministères pourront faire des appels d’offres en ligne sur une base pilote. Cette expérience sera utilisée pour faire tous les ajustements qui s’avéreront nécessaires. Graduellement tous les services gouvernements pourront se joindre au système.
Si tout va bien, le projet devrait être opérationnel dans trois ans.