Malgré la mise sous contrôle de la fronde Showkutally Soodhun, ancien vice-Premier ministre et ministre du Logement, la situation dans Lakwizinn de l’hôtel du gouvernement continue à s’agiter. Pour cause, trois dossiers brûlants préoccupent le Premier ministre, Pravind Jugnauth, qui devra tôt ou tard prendre des décisions sur les conclusions de ces enquêtes. D’abord, il y a le cas de Legal Adviser et Chairman de la Gambling Regulatory Authority, Me Raouf Gulbul, devant la commission d’enquête sur la drogue, présidée par l’ancien juge de la Cour suprême, Paul Lam Shang Leen. De son côté, à l’ajournement des travaux de l’Assemblée nationale aux petites heures du matin, le député du MMM, Rajesh Bhagwan, a interpellé Pravind Jugnauth au sujet des “Damning Conclusions” du Fact Finding Committee sur le cas de Vijaya Samputh alors qu’elle exerçait les fonctions d’Executive Director du Trust Fund for Specialised Medical Care au Cardiac Centre. Finalement, les yeux restent braqués sur l’Attorney General’s Office et le rapport de l’Assistant Solicitor General, Preeta Goordyal-Chittoo, sur les frasques de Yousreen Choomka alors qu’elle était à la tête de l’Independent Broadcasting Authority avec sa démission forcée le 9 mai dernier.
Dans l’immédiat, les prochains développements devant la commission d’enquête sur la drogue quant au volet consacré au candidat battu du MSM dans la circonscription de Port-Louis Maritime/Port-Louis Est  (No 3), Raouf Gulbul, sont suivis avec une attention  particulière sur le plan politique. En principe, la prochaine audition du chauffeur de la voiture, dans laquelle avait été placé le “sak” contenant de grosses coupures bancaires pour un montant de Rs 9,7 millions, pourrait sceller le sort de Raouf Gulbul. Cette séance pourrait être convoquée vers la fin de cette semaine en vue d’obtenir des précisions sur la séquence du rendez-vous du 24 novembre 2014 à Saint-Pierre, très probablement demain.
En dépit d’une nouvelle version de l’opération « pas sifon avek mop sal », les détails que devrait fournir Salim, le chauffeur, au sujet du contenu du sac placé dans le coffre de la voiture de Samad Goolamaully sont considérés comme étant des plus accablants, poussant ceux qui ont jusqu’ici soutenu politiquement ce Senior Member at the Bar de prendre leurs distances. Toutefois, à ce matin ils préfèrent attendre de prendre connaissance de ce témoignage avant d’agir. Une question restera en suspens; d’où provenait ce sac avec des « affiches à l’effigie de Sir Gaëtan Duval » alors que le maulana rejette toute idée d’avoir remis quoique ce soit à Me Raouf Gulbul.  
En tout cas, au fil des dernières séances de la commission Lam Shang Leen, l’étau ne cesse de se resserrer autour de Raouf Gubul, l’Hôtel du gouvernement étant acculé tôt ou tard à prendre position à moins que Lakwizinn ne décide d’attendre la soumission d’un Interim Report de la commission sur la drogue pour se mettre à couvert.
Un autre dossier controversable du Government Business se rapporte au cas de Vijaya Samputh avec des salaires de Rs 323 000 par mois en tant qu’Executive Director du Trust Fund for Specialised Medical Care. À l’ajournement de la séance parlementaire dans la nuit de mardi à ce matin, Rajesh Bhagwan a interpellé le Premier ministre sur le rapport du Fact Finding Committee Aujayeb. Lors de son intervention, il a rappelé que la Parliamentary Question à ce sujet en date du 24 octobre n’a pas eu de réponse jusqu’ici. Tout en laissant comprendre que selon ses informations, le rapport a déjà été soumis, il voudrait savoir ce que compte faire le Premier ministre sur la protégée politique du ministre Anil Gayan et des dirigeants du Muvman Liberater.
En l’absence du Premier ministre, le Deputy Prime Minister, Ivan Collendavelloo, est intervenu pour soutenir que « you know the Prime Minister, he will do what he has to do. The Prime Minister knows what he has to do ».
Le troisième dossier politique brûlant porte sur le cas de Yousreen Choomka, alors qu’elle était en poste à l’IBA. Ceux qui prétendent être dans le secret des diuex affirment que le « damning report », pas seulement contre Yousreen Choomka mais également d’autres VVIPs du gouvernement, est en trois volumes et a déjà été soumis à l’Attorney General, Maneesh Gobin. Ces deux derniers rapports devront être inscrits à l’agenda des délibérations du conseil des ministres en vue de décider de la marche à suivre…