La directrice de l’Independent Broadcasting Authority (IBA), Youshreen Choomka, dont la nomination il y a un an a été marquée par la controverse, a été forcée à prendre la porte de sortie. Dans une ultime tentative de déjouer une nouvelle offensive du MMM contre les nominés politiques— après le double scandale de l’ancienne directrice générale du Trust Fund for Specialised Medical Care, Vijaya Sumputh, et du Senior Adviser au ministère des Finances, Gérard Sanspeur—, l’hôtel du gouvernement a préféré prendre les devants et pousser Youshreen Choomka à évacuer les locaux de l’IBA, à la veille de la séance parlementaire du jour. Deux versions des faits circulent depuis hier après-midi. L’entourage du Premier ministre, Pravind Jugnauth, soutient que la principale concernée a été « renvoyée de son poste », alors que d’autres sources avancent que la directrice de l’IBA a tout simplement « soumis sa démission » à la présidence du conseil d’administration.
Le fait est que sous la pression de la multiplication des allégations contre des activités d’entremetteuse d’affaires dans différents dossiers contre rémunération attribuées à Youshreen Choomka, le gouvernement s’est rendu compte que la situation est devenue intenable. Dès hier matin, les procédures ont été enclenchées pour écarter la principale concernée des couloirs de l’hôtel du gouvernement. En dépit de la décision d’instituer un Fact-Finding Committee en vue de faire la lumière sur les allégations portées à son égard, Youshreen Choomka ne voulait rien entendre quant à une éventuelle démission.
Un communiqué émis par le Prime Minister’s Office (PMO) en début de soirée d’hier note qu’« au vu des circonstances entourant les allégations formulées contre Washeelah Youshreen Choomka, directrice de l’Independent Broadcasting Authority, le Premier ministre de la République de Maurice a décidé d’instituer un Fact-Finding Committee ». Cette enquête sera présidée par Prameeta Devi Rasheela Goordyal-Chittoo, Acting Assistant Solicitor General.  Néanmoins, l’ancienne directrice de l’IBA devait faire comprendre à qui de droit qu’elle était en mesure de se défendre contre ces allégations devant le Fact-Finding Committee et qu’il n’était pas question pour elle de démissionner de son poste.
Dans ce bras de fer, le ministre de tutelle, Yogida Sawmynaden, s’était vu confier la mission de faire partir la directrice de l’IBA. Le principal argument mis en avant est qu’il ne pouvait y avoir de pratique de deux poids deux mesures. « Dans le cas de Vijaya Sumputh, il y a eu le Fact-Finding Committee et elle a soumis sa démission de son poste de directrice générale du Trust Fund for Specialised Medical Care. Il ne pouvait être autrement dans le cas de l’IBA, même si elle avait cru pouvoir faire de la résistance », soutiennent des sources gouvernementales.
En dépit de ce Move sur le plan politique, tout semble indiquer que la Choomka Saga à la tête de l’IBA devrait animer la séance du Question Time du jour. D’ailleurs, une Parliamentary Question au nom du député Rajesh Bhagwan est prévue sur les salaires et conditions de service de la directrice de l’IBA. Le contrat d’une durée de deux ans de l’ancienne présidente du board de l’IBA, recrutée en tant que directrice générale, prévoit des salaires de base de Rs 144 000 par mois avec des allocations de Rs 9 100 par mois pour le transport, une allocation d’essence de Rs 13 981.50, une Personal Phone Allowance de Rs 3 250, des Passage Benefits représentant 5% des salaires de base annuels, un boni de fin d’année de deux mois de salaires payable après chaque douze mois, et ce même si c’est en mars, la somme s’élevant à Rs 500 000 à la fin de mars dernier. Tout cela sans compter ses honoraires et autres frais en tant qu’intermédiaire auprès de promoteurs du privé et de l’étranger lors d’allocations d’importants contrats…