La fin de la semaine pourrait s’avérer des plus « hectic » sur le plan politique. Depuis ce matin, le Premier ministre, Pravind Jugnauth, est rentré de mission à l’étranger, notamment à Addis-Abeba, où il avait participé au sommet des chefs d’État et de gouvernement de l’Union africaine (UA) depuis le week-end dernier. De son côté, le mentor minister et ancien Premier ministre sir Anerood Jugnauth, qui a été admis en clinique depuis mardi, se remet d’une bronchite. Selon les dernières nouvelles de ce matin, il devrait quitter la clinique Fortis-Darné, à Floréal, dans les prochaines 48 heures.
Dès son retour au pays, le Premier ministre et leader du MSM est confronté à un premier dossier majeur : que faire du Chairman de la Gambling Regulatory Authority et de la Law Reform Commission après les dénonciations accablantes de Me Tisha Shamloll contre Me Raouf Gulbul devant la commission d’enquête présidée par l’ancien juge de la Cour suprême Paul Lam Shang Leen lors de la séance d’hier ?
Jusqu’ici, tous les appels à la démission de Raouf Gulbul de ces instances se sont heurtés à un refus catégorique de la part du principal concerné. À la fin de la semaine dernière, Pravind Jugnauth s’est gardé de commenter les démêlés de son ancien candidat et Legal Adviser avec la commission d’enquête sur la drogue. Mais depuis hier, les données ont changé. En effet, les pressions devront s’accentuer pour la démission de Raouf Gulbul probablement à partir de cet après-midi, soit parallèlement avec la convocation formelle du Chairman de la GRA pour audition devant la commission sur le volet de la drogue et du financement de la campagne électorale. Tout au plus, le Premier ministre pourrait faire comprendre à ce “Senior Member at the Bar” que l’heure de partir a sonné.
Dans les rangs de l’opposition, on s’indigne contre le fait que Raouf Gulbul, grâce à « la complicité tacite du gouvernement », s’agrippe envers et contre tout à ses postes à la GRA et, surtout, à la tête de la Law Reform Commission. La pression pour sa démission devra s’accentuer de ce côté-là également. Les points de presse à venir du leader du MMM, Paul Bérenger, et du leader de l’opposition, Xavier-Luc Duval, devront impérativement être axés sur la Gulbul Saga, qui n’est que le « tip of the iceberg » révélé à ce jour… Au sein du gouvernement, on s’interroge sur le boulet Gulbul dans le contexte de l’imminence de la campagne pour la partielle à Belle-Rose/Quatre-Bornes, tout en souhaitant en privé voir le leader du MSM couper le cordon avec « sa zanfan lakwizinn-la ».
Un autre dossier qui attendait le retour du Premier ministre concerne la partielle du No 18. L’échéance de la première étape est en effet sur le point d’être bouclée, à savoir le délai de 15 jours de la Speaker de l’Assemblée nationale, Maya Hanoomanjee, pour transmettre à la présidente de la République la lettre de démission de Roshi Bhadain en tant que député de Belle-Rose/Quatre-Bornes. Puis ce sera au Premier ministre d’avoir des consultations au plus haut niveau de l’État pour fixer le Nomination Day et le Polling Day.
D’autre part, l’état de santé de sir Anerood Jugnauth est également suivi avec attention. Depuis son admission à la clinique mardi, le mentor minister est sous la supervision d’une équipe de médecins. Les dernières nouvelles sont qu’il se remet d’une bronchite et qu’il devrait quitter la clinique dans les prochaines 48 heures.