Après 17 jours de grève de la faim, il était prévu que le Syndicat des pêcheurs rencontre le ministre du Travail à 14 heures cet après-midi. C’est ce qu’a annoncé ce matin Judex Rampaul, le président du syndicat, à la presse sur le parvis de la Cathédrale St-Louis, Port-Louis.
« Apre 17 zour lagrev, developman finn arive. Biro Premie minis ti finn dir nou zot ti pou deleg sa dosye-la avek enn senior minister. Azordi nou finn gagn enn call. Rendez-vous ek minis Travay tanto », a annoncé le président du Syndicat des pêcheurs, Judex Rampaul. Une conférence de presse a eu lieu ce matin, sur le parvis de la Cathédrale St-Louis où la grève de la faim se poursuit depuis 17 jours. Les deux grévistes sont Victor François (en grève depuis 6 jours), 43 ans, et Mohamed Mustapha alias Gandhi, 47 ans.
Judex Rampaul tient toutefois à préciser que, malgré la rencontre avec le ministre du Travail, « zefor pa pe baisse ». « La grev pou kontinye tan ki pena enn agreement », martèle M. Rampaul. Le gréviste Mustapha, visiblement amoindri après 17 jours, se dit déterminé : « Mo pa pou arete tan ki zot pa tomb enn lakor ». « Nou bizin kontign met presyon », affirme le syndicat.
Vers 11 h 30, huit membres se sont dirigés vers le Parlement pour manifester. Peu avant, Marie-Lourdes Ladouceur, femme de pêcheurs, témoignait à la presse : « Fer nef mwa mo mari pa pe travay… Zenfan pena sac pou al lekol, pena liv, pena narnie… Kouma dir pou bizin fer zotsi vinn manifeste pou ki gouvernma kompran. »
Le pays compte actuellement environ 300 de ces « peser ban». Selon Anil Narrainen, membre du syndicat, « se sel kategori peser ki pa gagn la mone move temps […] Aster zot nepli ena travay aussi ». Les marins pêcheurs soutiennent que des permis sont octroyés à des entreprises locales pour exploiter nos eaux, mais que ces dernières recrutent des Malgaches au lieu des Mauriciens. « Nou pa pe dir zot aret pran etranze. Me bizin kapav donn priorite morisyen », a affirmé Anil Narrainen.
Parmi les recommandations adressées au bureau du Premier ministre et déléguées au ministère du Travail, figurent : (1) qu’un comité tripartite comprenant les ministères impliqués, les sociétés maritimes et les syndicats – un des objectifs du comité serait de tomber d’accord sur le fait que les Mauriciens devraient avoir priorité (2) l’instauration d’une National Maritime Audit Commission (3) Le gel de toute allocation de permis de pêche tant que le comité tripartite n’aura pas livré ses conclusions.
Mohamed Mustapha et François Victor sont épaulés dans ce « combat » par le Syndicat des pêcheurs, la General Workers Federation (GWF) et la Professional Seafarers Union (PSU).