La liberté de proposer un complément d’outils pédagogiques enlevée aux collèges
Au début du troisième trimestre, les collèges ont généralement déjà finalisé la liste des manuels des différentes matières au programme d’études pour l’année suivante. Cette pratique permet aux chefs des différents départements de préparer le calendrier de travail. Or, pour l’heure, au niveau de la Form I (Grade 7), les collèges n’ont aucune indication de la liste des manuels prescrits par le ministère de l’Éducation. Selon nos renseignements, les collèges n’auront en outre plus le droit de proposer à leurs élèves un complément d’outils pédagogiques, souvent nécessaires pour une meilleure compréhension de certains concepts.
En raison de la réforme au secondaire, les collèges ont reçu des directives fermes des autorités de ne proposer aucun manuel pour les matières en Grade 7, excepté ce qui sera prescrit par le MIE. Or, ils attendent toujours de prendre connaissance de cette liste officielle et, surtout, du contenu final du programme d’études pour chacune des matières, soit les suivantes : anglais, français, maths, “humanities” (langues asiatiques, kreol), sciences (chimie, biologie, physique), “technical” (home economics, visual Arts, Design & Technology), “social sciences” (social studies, accounts, economics, entrepreneurship education) et “computer studies”.
Durant le second trimestre, le MIE a certes rencontré les chefs de départements des collèges pour leur donner des indications sur l’ébauche des programmes d’études de certaines matières. Mais aux dires des participants à ces ateliers de travail, « il y avait beaucoup de désaccords sur un grand nombre de points ». Et des profs d’ajouter : « À chaque fois qu’on assistait à ces réunions, on relevait des lacunes dans les propositions faites par le MIE et, de ce fait, il y avait des modifications à apporter sur tel ou tel aspect. » Selon eux, « les techniciens du MIE étaient incapables de nous donner des réponses précises à nos diverses questions ». Un prof en “Arts and Design” abonde dans la même direction, qualifiant de « cacophonie générale » la réunion de travail à laquelle il avait assisté au MIE. « On a compris ce jour-là que les techniciens du MIE n’étaient pas prêts avec le syllabus pour presque toutes les matières et qu’ils n’avaient même pas commencé à écrire plusieurs manuels. Est-ce que ces outils sont prêts ? » se demande ce prof, ayant une trentaine d’années de métier dans un grand établissement.
Les chefs d’établissements ne cachent pas aussi leur agacement par ce retard dans la présentation des manuels pour le Grade 7. « Deux semaines après la rentrée du troisième trimestre, nous sommes toujours dans le flou en ce qui concerne le Grade 7. On est largement en retard dans la planification du calendrier de travail pour le Grade 7. Étant donné qu’il s’agit d’un nouveau programme d’études, on espère que le ministère ne nous envoie pas les nouveaux manuels à la veille de la rentrée scolaire », dit quelque peu irritée une rectrice d’un grand établissement des Plaines-Wilhems. « Les manuels auraient dû être prêts depuis longtemps pour que les chefs de départements puissent en prendre connaissance. On espère que les profs n’auront pas de corrections à faire eux-mêmes à chacune des pages », ajoute en boutade ce chef d’établissement.
Selon nos informations la dernière réunion entre le trio MIE-ministère-MES et les responsables des collèges privés et d’Etat sur le programme d’études en Grade 7 remonte au second trimestre. « On pensait que le MIE allait nous appeler pendant les vacances scolaires pour nous donner les dernières nouvelles sur le programme d’études », lance un participant à cette dernière réunion.
Selon nos informations des responsables de collèges ont demandé au MIE, lors de cette dernière réunion de travail, s’ils pouvaient apporter des textes complémentaires de leurs choix aux manuels officiels, ce à quoi ils auraient une réponse négative. « On nous a dit non. C’est dommage car ces textes complémentaires permettent de mieux faire comprendre certains concepts, surtout dans les cas avec des difficultés. Dans le passé, les manuels fournis par le MIE ne répondaient pas aux attentes de tous les élèves et ces collèges se voyaient dans l’obligation d’avoir recours à des outils pédagogiques additionnels », explique une rectrice.