Photo d'illustration

La Criminal Investigation Division (CID) de Grand-Baie est sur le qui-vive depuis samedi après l’agression sexuelle dont a été victime une habitante de Cap-Malheureux (69 ans) dans sa villa. Cette dernière, dont la famille est très connue dans le monde des affaires, a évoqué une vengeance. Les enquêteurs ont interpellé deux récidivistes de la localité avant de les relâcher après enquête.

Dans sa version des faits, la sexagénaire avance que le délit s’est déroulé aux petites heures du matin samedi. Elle était au lit dans sa chambre au premier étage de son appartement quand elle a entendu du bruit. En se réveillant, elle est tombée sur un inconnu qui avait dans ses mains un sabre et un couteau. Le suspect a placé les armes sous la gorge de cette retraitée et lui a lancé : « To dwa mwa. Mo pu regle sa kont la azordi. Depi lontan mo ti pe vey twa. » Comme la sexagénaire était effrayée, elle est restée immobile. Le suspect lui a alors dit : « Mo pu viol twa azordi. » Et il est passé à l’acte. Puis il est demeuré dans la chambre.

Profitant d’un moment d’attention, elle a emprunté les escaliers et son agresseur l’a suivie. Cet homme de forte corpulence lui a assené un coup de sabre qu’elle a paré avec ses mains. Elle a alors perdu l’équilibre et elle est tombée dans les escaliers avec ses mains en sang. Malgré sa douleur, elle s’est ruée chez son voisin qui a immédiatement alerté la police alors que le suspect s’est enfui.

La victime a été conduite dans une clinique à Grand-Baie. Elle a été examinée par un médecin de la police dans la journée qui l’a référée à l’hôpital Jeetoo. La retraitée a indiqué à la police qu’une partie de sa maison donne sur la plage de Cap-Malheureux et que le soir, elle avait fermé la porte, mais avait laissé ses fenêtres ouvertes. Elle soupçonne que l’intrus a pu avoir accès dans sa villa en passant par la plage. La CID de Grand-Baie, assistée par l’Anti Robbery Squad, a pris l’affaire en main alors que des éléments du Scene of Crime Office ont effectué certains prélèvements dans la villa de la victime.

Les enquêteurs ont interpellé deux habitants de Cap Malheureux âgés de 21 et 35 ans qui ont été relâchés après un interrogatoire serré. Une perquisition à leur domicile n’a rien donné. Par ailleurs, un récidiviste de 37 ans a pris la fuite sur un terrain marécageux en apercevant la police à Pavé Road, Cap-Malheureux. La police le soupçonne d’être le violeur présumé. Les chiens renifleurs et plusieurs unités de la police ont entamé une battue dans la région, mais le suspect était introuvable à ce matin. Ce dernier est activement recherché par la police.