Las de leur condition de vie, une vingtaine de familles rodriguaises a décidé de sortir de son silence pour faire connaître la situation précaire dans laquelle elles vivent. Sans emploi fixe et sans grands revenus, ces personnes doivent trimer pour survivre. Elles vont souvent dormir le ventre vide, sans savoir si les lendemains seront meilleurs.
À Grand-Bois, village situé dans le sud du pays, les conditions de vie de ces familles originaires de Rodrigues sont lamentables. Matelas posés à même le sol; vêtements entassés les uns sur les autres ou dans des boîtes en carton; plusieurs personnes vivant dans des pièces exiguës; odeur d’humidité et de moisissure… Tel est le quotidien de plusieurs de ces familles.