A cinq semaines de la présentation à l’Assemblée nationale du Budget 2014 par le vice-Premier ministre et ministre des Finances Xavier-Luc Duval, ce ministère est étêté avec le départ du secrétaire financier Ali Michael Mansoor. C’est ce qui ressort des recoupements d’informations effectués par Le Mauricien de sources bien informées au ministère des Finances. Le principal concerné aurait soumis sa lettre de démission au vice-Premier ministre et ministre de tutelle en cette fin de semaine, et aurait également demandé la possibilité de prendre quelques jours de congé.
Il semble toutefois de plus en plus confirmé que l’étape finale dans le processus de préparatifs budgétaires se fera sans la contribution d’Ali Mansoor, dont la venue au ministère des Finances remonte à 2006, avec Rama Sithanen alors aux commandes de ce ministère. Il a également travaillé avec Pravind Jugnauth en tant que Grand Argentier avant Xavier-Luc Duval. Même si, dans certains milieux bien placés, l’on souligne que le départ du secrétaire financier ne constitue nullement une surprise – car, pour reprendre l’expression d’une importante personnalité du monde de la haute finance, « well, it’s been widely talked about for some time now » –, deux versions des faits autour de ce développement circulent dans des cercles restreints en attendant l’annonce officielle du remplaçant d’Ali Mansoor en tant que secrétaire financier. Dans l’un des deux camps, l’on affirme que la décision entérinée en haut lieu de ne pas approuver des missions officielles du secrétaire financier, dont le prochain départ en vue de participer à l’assemblée générale annuelle de la Banque mondiale et du Fonds monétaire international à Washington à la mi-octobre, aurait précipité la séquence de démission. En principe, Ali Mansoor devait en effet prendre l’avion pour la capitale fédérale américaine ces jours-ci et il se serait vu intimer l’ordre d’abandonner ses plans faute de Green Light officiel.
En même temps, ces mêmes sources mettent en avant le fait que, depuis ces derniers temps, il y a eu une nette rupture entre le secrétaire financier et l’Establishment au sujet de la politique économique devant être adoptée pour Maurice dans la conjoncture, ou encore de prises de position sur des dossiers d’importance majeure. Ses clashes à répétition avec le gouverneur de la Banque de Maurice, Manou Bheenick, n’auraient pas aidé à décanter une situation devenue quasiment intolérable entre la Banque centrale et le ministère des Finances. Dans une telle conjoncture, et avec le signal que représente l’annulation de la mission à Washington, le secrétaire financier a cru nécessaire d’anticiper tout mouvement de « lev pake alle » en soumettant sa lettre de démission à son ministre. Il avait fait valoir son droit à des congés, qui lui sont dûs.
Avec le retour du Premier ministre ce week-end, le remplaçant d’Ali Mansoor en tant que secrétaire devra être un des dossiers prioritaires devant être abordé entre Navin Ramgoolam et Xavier-Luc Duval. Au ministère des Finances, le départ d’Ali Mansoor se justifie pour des raisons familiales, mais également à la suite d’une offre que l’intéressé aurait reçue pour le poste d’assistant directeur pour l’Afrique au sein du Fonds monétaire international. « Depuis quelques temps déjà, Ali Mansoor m’avait fait comprendre qu’il voulait rentrer à Washington pour des raisons familiales. Puis, il est en présence d’une offre pour occuper des fonctions de d’assistant directeur pour l’Afrique au FMI. J’ai essayé jusque-là de le convaincre, mais finalement, il a pris cette décision, que je regrette beaucoup. Sa contribution au ministère des Finances a été énorme. Maintenant, pour son départ, tout est une question de timing », a déclaré, de son côté, le vice-Premier ministre et ministre des Finances au Mauricien.