agriculteurs » vu leur intérêt pour l’élevage de poissons dans le lagon. C’était hier après-midi à Grand-Gaube où Nicolas Von-Mally a procédé, en compagnie de quatre autres ministres – Xavier-Luc Duval, Lormus Bundhoo, Mookhesswur Choonee et Jim Seetaram –, à la première récolte de poissons “cordonniers”, dont les alevins avaient été lâchés en mer il y a quelques mois.
« En l’espace de quelques mois, ces alevins faisant 30 grammes sont devenus des poissons pesant entre 350 et 500 grammes », a déclaré le ministre de la Pêche à l’issue de cette récolte faite en mer sur une cage flottante installée par la St-Pierre Cooperative Society, avec le soutien financier du gouvernement. Pour Nicolas Von-Mally, toute société coopérative intéressée par ce projet devrait s’adresser à son ministère qui va les aider à trouver des cages flottantes. « Nous n’avons aucune intention de remplir le lagon à travers l’île avec ces cages… Nous voulons les installer dans quelques endroits afin de produire un maximum de poissons, sans polluer ni bloquer le lagon à d’autres activités », a-t-il déclaré.
De son côté, le vice-Premier ministre et ministre des Finances a soutenu que la consommation de poisson à Maurice s’élève à 22 kg par tête d’habitant. « Les Mauriciens auraient pu consommer davantage de poisson s’il y en avait plus et à meilleur prix », a observé Xavier-Luc Duval. La production locale de poisson, est-il d’avis, serait non seulement un grand bénéfice pour le pays mais aussi pour chaque éleveur.
Xavier-Luc Duval a aussi déclaré que son ministère est disposé à investir dans le secteur de la pêche. « Nous avons été convaincus par le ministère de la Pêche pour que ce secteur continue à soutenir les 2 200 pêcheurs qui sont en activité à Maurice », a-t-il poursuivi. La pêche est un métier difficile, a-t-il ajouté, souhaitant ainsi tourner une nouvelle page avec l’élevage de poissons qui fera des pêcheurs des entrepreneurs.
L’aide apportée par le gouvernement aux sociétés coopératives pour qu’elles se lancent dans l’élevage de poissons ne se fera pas deux fois, a expliqué le ministre des Finances. « C’est une occasion unique qu’il faut saisir… Il faut aussi s’assurer à ce que la société coopérative est bien gérée et prendre avantage des facilités de financement offertes par le gouvernement », a-il soutenu.
Xavier-Luc Duval a aussi avancé qu’il sollicitera l’aide japonaise pour ce secteur lors d’une prochaine visite au Japon. C’est une nouvelle page de prospérité qui s’ouvre aux pêcheurs de Grand-Gaube et de Maurice, a-t-il dit. Les poissons récoltés hier ont très vite trouvé preneurs parmi les habitants de la localité à Rs 60 le demi-kilo.