Deux épreuves en un week-end, deux vainqueurs qui passent la ligne d’arrivée après avoir disputé le sprint. Samedi, c’était à Steward Pharmasse de faire une démonstration de ses talents. Et dimanche, c’était au tour d’Anthony Laurent (VCP), 19 ans, de montrer qu’il a des qualités de sprinter. Retour sur ce week-end d’avant-Tour riche en enseignements.
Samedi après-midi, sur la bretelle battue par les vents, Steward Pharmasse a offert une leçon d’expérience, de réalisme et de sprint au jeune Anthony Laurent. Dans une course relativement courte (64,5 km), le coureur du BRSC-Isostar-Trek a montré qu’il avait des vues sur le maillot du meilleur sprinter du Tour de Maurice.
Devant l’un des meilleurs spécialistes du moment, le jeune Anthony Laurent, qui avait eu l’outrecuidance il y a deux semaines au Grand Prix Engen de lui disputer un sprint, Steward Pharmasse a fait étalage de sa science. « Il est parti de loin, mais j’ai suivi », explique le sprinter de l’Ouest.
Dans cette course disputée sur le nouveau tronçon de Triolet, la tactique était simple : mener la vie dure au VCJCC-Bank One. Le BRSC-Isostar, qui savait pouvoir compter sur ses deux sprinters Thierry David et Steward Pharmasse, n’a rien laissé passer. Sur les six tours du circuit, ils étaient toujours dans les bons coups.
Au premier tour, Grégory Piat tente sa chance. Il est vite repris. La course, finalement, sera un chassé-croisé entre le VCJCC-Bank One et le BRSC-Isostar, arbitré par le VCP. Quand le VCJ passait à l’attaque, il y avait toujours un élément du BRSC et du VCP dans le sillage. Sébastien Tyack en a fait les frais.
Pourtant, quand la grande échappée est partie au troisième tour, avec Pharmasse, Yannick Lincoln, Thierry David, Sébastien Tyack, entre autres, on savait que l’arrivée se jouerait au sprint. « Nous avons attaqué sans répit », avouait Steward Pharmasse.
Au fil de la course, la configuration changeait et la tactique devenait claire. Trois coureurs du BRSC-Isostar, deux coureurs du VCP (Anthony Laurent et Jordan Lebon), et trois autres du VCJCC-Bank One pour disputer le sprint. L’arrivée promettait d’être disputée.
Et à un tour de la fin, les Curepipiens perdaient leur sprinter Arnaud de Commarmond, victime d’une chute. Devant, il n’en restait que deux, Pharmasse et Laurent. Entre-temps, Grégory Piat sortait du groupe de tête, suivi par Sébastien Tyack pour limiter les dégâts. Au retour, Piat est repris. Et l’effort qu’auront produit les poursuivants n’aura pas été vain.
À 400 m de la ligne d’arrivée, Anthony Laurent se lève. Steward Pharmasse, en vieux briscard, attend patiemment, puis, il se met au sprint. S’enclenche un mano à mano entre les deux, jusqu’à ce que Pharmasse ait pris le dessus. À l’arrivée, il signe 1h32’42. Anthony Laurent arrive dans le même temps. Yannick Lincoln complète le podium en 1h32’47.
Dimanche, c’était au tour d’Anthony Laurent, déjà deuxième la veille, de signer sa deuxième victoire de la saison. Dans le Grand Prix de l’UCRH, le coureur du VCP a profité de l’occasion qui lui était présentée pour s’imposer devant quatre autres jeunes du peloton.
Il a bouclé les 75 km du parcours en 1h53’07, avec trois secondes de mieux que Mathieu Le Blanc et huit secondes de moins qu’Hubert Perdrau. Les sprinters locaux semblent prêts pour le Tour…