The Phantom of the Opera, d’après la mise en scène d’Andrew Lloyd Webber, sera présenté les 29 et 31 août par le Conservatoire National de Musique François Mitterrand (CNMFM) sur la scène du J&J Auditoirum, à Phoenix. L’occasion pour le public mauricien de découvrir l’une des plus célèbres comédies musicales au monde. Décors somptueux, costumes chatoyants et mélodies magistrales, plus d’une centaine d’artistes locaux comprenant chanteurs, musiciens et danseurs se dépenseront sans compter pour cette adaptation pleine de panache du célèbre roman de Gaston Leroux dont le personnage légendaire et terrifiant surgit des profondeurs de l’Opéra de Paris.
« Phénoménale », « grandiose », « majestueux », « Impressionnant ». À travers le monde, The Phantom of the Opera a créé le même envoûtement. Depuis sa première représentation en 1986 au Her Majesty’s Theatre à Londres, puis en 1988 à Broadway, ce chef-d’oeuvre d’Andrew Lloyd Webber n’a jamais cessé d’être plébiscité. La comédie musicale reste à ce jour la pièce le plus longtemps jouée à Broadway. Les 29 et 31 août, le fantôme rôdera à Maurice. Pour en arriver là, il a vraiment fallu l’invoquer avec force !
Jeunes talents.
Claudie Ricaud, la directrice du CNMFM précise : « C’est une oeuvre pas comme les autres. Nous faisons partie des rares chanceux ayant décroché les droits de produire et mettre en scène The Phantom of the Opera hors des prestigieuses scènes de Broadway et de Londres. Deux ans d’attente qui laissent déjà comprendre l’ampleur d’un tel projet. Et pour le découvrir, les Mauriciens n’auront pas à se déplacer à l’étranger. Plus qu’une belle occasion, c’est une chance en or à ne pas rater. Depuis que nous nous sommes lancés, mon équipe et moi-même vivons une aventure merveilleuse et nous sommes confiants que le public ne sera pas déçu et ne sortira de la salle qu’avec de bons souvenirs et surtout la fierté d’avoir vu autant de talents ici. »
Justement, la production de cette comédie musicale mise beaucoup sur les talents 100 % locaux qui s’apprêtent à se produire. Cela fait partie de la politique d’apprentissage au sein du CNMFM. Depuis quelques années, le conservatoire met sur pied plusieurs projets de spectacles. Les élèves peuvent ainsi vivre l’expérience de la scène. Une aubaine pour ces jeunes amateurs de musique et de chant. « Ces jeunes musiciens et chanteurs sont au bout de leur formation. Ils sont fin prêts pour briller sur une scène et en venant assister à leur prestation, le public les encourage à donner le meilleur d’eux-mêmes, à prendre de l’assurance et à s’épanouir dans un monde qui les passionne », précise Claudie Ricaud.
L’Opéra de Paris.
A ne pas s’y méprendre The Phantom of the Opera n’est pas un opéra mais il s’agit bel et bien d’une comédie musicale qui sera présentée au J&J Auditorium. Toute une équipe de professionnels soutient activement le CNMFM dans ce projet. Chacun met à contribution ses connaissances et ses compétences dans la préparation d’une cinquantaine de chanteurs et d’une quarantaine de musiciens. Sans oublier la présence de Teressa David et de neuf de ses danseurs. Une logistique importante est nécessaire pour produire cette grande comédie musicale à Maurice. En choisissant l’Opéra de Paris comme décor, les protagonistes de ce projet espèrent faire partager au public leur passion pour la musique. Elle sera omniprésente car, comme le précise la directrice du conservatoire, « The Phantom of the Opera laisse très peu de place au dialogue. Les parties musicales s’enchaînent les unes après les autres. Il n’y a pas de répit ni pour les chanteurs ni pour les musiciens. Tout comme le public, nous n’aurons droit qu’à 15 minutes de pause durant l’entracte. Et c’est là que demeure la beauté de cette comédie musicale. Les émotions de joie, de tristesse, de peur, d’étonnement ou de suspens…, tout est lié à la musique. »
La belle et la bête.
Fil conducteur du spectacle, la musique de ce chef-d’oeuvre adapté du roman de Guy Leroux est le lien qui réunit le Fantôme et sa muse. Elle personnalise l’amour impossible de la belle Christine et du monstre caché. Comme dans La Belle et la Bête, le public percera l’image de l’être défiguré qui cache une beauté intérieure, telle l’aimée qui ne pourra qu’éprouver de la tendresse à son égard. L’aspect monstrueux du Fantôme est atténué par la musique qui est en lui. C’est un être double parfaitement représenté sous plusieurs facettes : il est tantôt le Fantôme de l’Opéra, tantôt l’Ange de la Musique. Il fait partie de la tradition de ces monstres attachants et légendaires.
Tous les moyens sont déployés, il ne reste plus au public qu’à percer les secrets du ténébreux mais attachant fantôme de la loge numéro 5 et vivre cette merveilleuse expérience. Le CNMFM, grâce à l’aide de plusieurs sponsors, propose The Phantom of the Opera à un tarif abordable allant de Rs 150 à Rs 500. Pour Claudie Ricaud, cela permettra à un plus grand nombre de gens de profiter de cette production locale, 100 % live et divertissante. « En sachant qu’à l’étranger le billet est vendu cher, nous offrons avec nos tarifs une chance unique aux Mauriciens de découvrir une oeuvre des plus célèbres. Nous n’avons pas lésiné sur les moyens, tous les artistes se donnent à fond pour être à la hauteur, le décor et les costumes ont été travaillés soigneusement, et nous sommes aptes à mener à bien ce projet et le public ne sera pas déçu. »