Les officiers de la PSSA ont déjà complété les procédures habituelles pour le déboursement de l’argent à la fin de janvier aux grant-aided colleges, mais la Doha Secondary School, à qui le gouvernement a promis des subventions à partir de ce mois, ne figure pas sur la liste des bénéficiaires. La PSSA n’en a jamais été informée. Qui paiera donc les subventions en janvier à la Doha School et quel en sera le montant ? Par ailleurs, le ministère de l’Éducation, qui fait face à un dilemme concernant une demande pour l’obtention de grants par d’autres collèges payants, aurait demandé à la PSSA de lui soumettre quelques détails à leur sujet.
Le ministère de l’Éducation prend à présent la mesure des implications financières et autres liées à la décision gouvernementale à la fin de l’année d’octroyer des grants à la Doha Secondary School (collège payant situé à Phoenix) au même titre que les autres fully grant -aided colleges. La PSSA qui aurait dû être la principale concernée à ce sujet n’a jamais été informée de cette décision gouvernementale. « On se demande comment le ministère pourrait donner des directives à la PSSA pour le paiement des grants à la Doha School puisque les procédures et les règlements en vigueur n’ont pas été suivis. Dayer board PSSA zame finn pran desizion lor-la », réagit un membre de cette instance de direction de la PSSA.
Pour l’heure le dossier “Grants à la Doha School” est qualifié de « mystère » pour les officiers de la PSSA qui évoquent le mécanisme de paiement des subventions en égrenant les nombreux critères qui y sont liés. Sans compter la vérification des différents “items” sur place. « Ayo enn pake zafer bizin verifye avan ki nou donn grants », affirment des officiers. « Cette question de grants à Doha est traitée uniquement au niveau du ministère de l’Éducation. Pourquoi autant de mystères ? » s’interrogent-ils.
À souligner que la direction de la Doha School avait averti les parents d’élèves durant les derniers jours de l’année qu’ils n’auront plus à payer la scolarité. La direction de l’établissement compterait donc sur cette subvention gouvernementale dès le début de cette année pour régler les dépenses courantes et le paiement des salaires du personnel. « Il est un fait que la PSSA ne pourra débourser pour la Doha, de quel fonds puisera le ministère de l’Éducation pour accorder des subventions à ce collège en janvier ? » demandent avec pertinence quelques officiers de la PSSA.
Le ministère de l’Éducation ayant déjà pris l’engagement auprès de la direction de la Doha School d’inclure cet l’établissement à la liste des grants-aided colleges ne pourra faire marche arrière sur sa décision. Mais il lui faudra aussi se prononcer dans les jours qui viennent sur une demande similaire venant d’un groupe composé de pas moins de neuf collèges payants.
Selon nos renseignements, le ministère aurait demandé à la PSSA de lui communiquer le nombre de collèges payants ayant plus de 300 élèves et de lui donner par là même quelques renseignements sur leurs parcours. Les responsables des collèges payants ayant fait cette demande de grants se rencontreront la semaine prochaine pour décider de la marche à suivre.
« Nous attendons avec beaucoup d’espoir la décision du gouvernement à notre requête mais nous allons réfléchir sur ce que nous devons faire si jamais le ministère reste silencieux », prévient Hassam Coowar, coordonnateur de ce groupe.