Jorge Diaz se dit très satisfait de l’ampleur qu’a pris le programme Grassroots à Maurice. Le FIFA Grassroots Manager indique savoir que le pays est la première nation membre à bénéficier de ce programme grâce à la mise en oeuvre d’un projet pilote axé sur le football de base.
Ce vendredi, pendant que les délégués seront au Swami Vivekananda International Convention Centre (SVICC) à Pailles pour le 63e Congrès de la FIFA, plus d’un millier de jeunes (6-12 ans) de différentes écoles primaires seront de leur côté en action pour une journée de Grassroots.
« Plusieurs élèves des écoles primaires participeront à des ateliers. Le Grassroots prend de plus en plus d’ampleur à Maurice et ce programme permet à des milliers de jeunes de s’adonner au football », fait ressortir l’Espagnol.
Jorge Diaz était à Résidence Vallijee lundi pour suivre une centaine de jeunes impliqués dans ce programme. « Je suis très satisfait des organisations. Ce concept est bien implémenté et attire des jeunes. Vendredi ce sera la fête du Grassroots lorsque nous accueillerons plusieurs jeunes pendant toute une journée. »
Avec le programme Grassroots, la FIFA a focalisé son action sur la base de cette pyramide, à savoir les enfants de 6 à 12 ans, en faisant la promotion du ballon rond dans les fédérations nationales et les systèmes scolaires. Grâce à la collaboration avec la Fédération mauricienne de football (MFA) et les ministères de la Jeunesse et des Sports, de l’Éducation et de la Santé, la première phase du projet a été concrétisée entre 2009 et 2011. Cette dernière s’est matérialisée par la création d’une compétition de football interscolaire et l’utilisation de mesures destinées à diffuser auprès des participants les vertus éducatives, sociales, culturelles et sanitaires du sport en général et du football en particulier.
En 2012, le programme est devenu une activité approuvée par toutes les écoles primaires de Maurice. « Il s’agit là de l’une des plus grandes réussites depuis les débuts du Grassroots ici », explique Govinden Thondoo, Technical Development Officer de la FIFA pour la région Afrique. « Parmi les statistiques positives, nous pouvons par exemple citer l’augmentation du nombre de filles qui jouent au football, lequel est passé de 1 540 en 2011 à 4 460 cette année. Sur les 6 815 scolaires ayant participé aux festivals réalisés en 2012, 48 % étaient des filles. »
Govinden Thondoo a fait ressortir qu’il s’agissait là d’un des grands défis que Grassroots devait relever, au même titre que l’intégration entre la MFA et les différentes entités gouvernementales. Ces objectifs ont été atteints comme prévu, à tel point qu’à valeur du jour le programme dispose d’une structure centralisée dans chaque zone pédagogique, y compris à Rodrigues. « Nous avons organisé 55 festivals scolaires en 2012 et nous en avons programmé 72 pour 2013. De plus, nous avons formé plus de 300 professeurs », explique-t-il.
L’objectif consiste désormais à consolider le programme sur le long terme pour atteindre 15 000 participants avec les compétitions et c’est ce que vise l’encadrement du Grassroots. « Pour cela, nous devons améliorer l’infrastructure, mais aussi mobiliser davantage d’enseignants, de parents et de bénévoles. À l’avenir, nous souhaitons organiser une Journée nationale Grassroots. Nous aimerions aussi intégrer le futsal et le beach soccer, mais dans le secondaire. À terme, l’objectif est d’étendre le concept à d’autres organisations voire à des communautés », ajoute Govinden Thondoo.