Le jockey Gregorio Arena pourra de nouveau être en selle au Champ de Mars. C’est ce qui découle suite à l’enquête «  de novo » recommandée par le board d’appel qui a entendu les arguments des représentants légaux de la cravache italienne qui avait interjeté appel contre les sanctions émises à son encontre suite à sa monte sur Saziwayo lors de la 24e journée.
Le Board d’appel composé de Me Robin Ramburn (Chairman), Me Feroz Abdoolah, Paul-France Tennant, Me Jaykar Gujadhur et Chitamun Rambocus ont accepté le principe d’une enquête « de novo » suite à l’accord entre les représentants légaux du jockey et du conseil légal du MTC, Me Sanjay Buckhory, dans l’affaire Saziwayo. Aussi, toutes les sanctions prises a l’encontre du jockey italien ont été « quashed » et c’est un nouveau panel de Racing Stewards qui devra statuer sur la culpabilité ou pas de la cravache italienne.
Prévu pour 15h30, l’appel débuta finalement avec deux heures de retard. Outre le manque de ponctualité des parties concernées, Me Robin Ramburn devait d’emblée soulever un point de droit concernant la non-légitimité de Ian Paterson en tant que représentant du Mauritius Turf Club puisqu’il était aussi témoin dans l’affaire. Pour rappel, l’impartialité (bias) de l’actuel chairman du board des Racing Stewards avait été remise en question par l’entourage du jockey incriminé et il s’était fait assisté de Me Siddhartha Howaldar. Après une ultime consultation avec les officiels du MTC, il fut alors décidé que le club soit représenté par le Chief Stipe, Stéphane de Chalain.
Le problème de légitimité résolu, Me Yahia Nazroo, assisté de Me Mikash Hassamal et du Dr. Abdoulah Atchia ont, après consultation avec le conseil légal du MTC, proposé une enquête « de novo » et a ensuite fait part au board que son client, à savoir Gregorio Arena, avait décidé de ne plus «Impute the Chief Stipe, Ian Paterson, of being biased» selon les grounds of Appeal 1 et 2 (voir plus loin). Faisant écho à l’appel du défendant, le MTC, à travers son conseil légal, n’a pas trouvé d’objection à ce qu’il y ait un trial de «novo».
Un brin agacé, Me Robin Ramburn devait lancer qu’il ne faudrait pas que les parties concernées prennent le board d’appel pour un « Rubber stamp». En d’autres mots, qu’on soit  sous l’impression que le Board d’appel doit « jure power with little de facto power».
Malgré les réticences, il fut ainsi décidé que l’enquête devra recommencer à zéro et que toutes les charges retenues contre Gregorio Arena soient rayées. Toutefois, les frais d’appel ne seront pas remboursés. On ne sait cependant quand cette nouvelle enquête aura lieu.
Les grounds of appeal 1 et 2
1. In view of his very close relationship with the Buttié family and his presence at their fully paid weekend away (to celebrate the birthday party of Beatrice Buttié) where a serious incident occurred involving the said Buttié family and a group of Italians (which included the Appellant), the Chairman of the Board of Racing Stewards (RS), Mr. Paterson, was biased (and/or left a real likelihood of a perception of bias) against the Appellant such that it rendered the latter¹s conviction unsafe.
2. The whole proceedings is tainted with irregularity since the Chairman of the Board of RS had prior knowledge of a serious incident involving his close friends on their fully paid weekend away and a group of persons including the Appellant, did not disclose same to his Board during the course of the inquiry and continued to act as “prosecutor” and “judge” to establish the charge against the Appellant. Such a situation inevitably gives rise to a perception of a real likelihood of bias on the part of Mr. Paterson and creates a real possibility of a miscarriage of justice in the present case