Plus d’un an après la grève à la Corporation nationale de transport (CNT), alors que la compagnie avait été complètement paralysée du fait de la grogne des employés au vu de la présence d’autobus d’autres compagnies opérant sur les six routes réallouées par la NTA, la Criminal Investigation de Vacoas a entériné la décision de convoquer des délégués syndicaux ce lundi pour des séances d’auditions. Mais cette démarche de la police fait tiquer plus d’un compte tenu qu’elle intervient quasiment à la veille d’une nouvelle grève enveloppant l’ensemble du secteur du transport en commun à la suite de profondes divergences au sujet de l’augmentation salariale préconisée par le National Remuneration Board (NRB).
C’est dans la journée d’hier que des éléments de la Criminal Investigation Division (CID) de Vacoas ont établi une ligne de communications avec les délégués syndicaux de l’Union of Bus Workers Union et d’autres syndicats afin qu’ils se rendent dans leurs locaux lundi prochain à des fins d’auditions. Le préposé de la police criminelle aurait fait comprendre que cette opération s’inscrit dans le cadre de l’enquête initiée sur la grève de juin 2013 à la CNT, indiquant clairement de la possibilité de poursuites à venir.
Après la réception de cette convocation hier, les syndicalistes de l’UBIW ont déjà pris rendez-vous avec leur conseil légal en vue de réfléchir à la stratégie à adopter dans la conjoncture. Cependant, dans un premier commentaire livré au Mauricien ce matin, l’état-major de cette aile syndicale déplore, avec véhémence, ce qu’il considère comme un « acte d’intimidation flagrant ». Le négociateur Ashok Subron explique : « L’UBIW dénonce l’intimidation que la CID tente d’orchestrer juste après que Navin Ramgoolam et Paul Bérenger annoncent une alliance. Ce “move” coïncide avec cette alliance. Il serait très intéressant de connaître la position de Paul Bérenger suite à ce développement, car il avait défendu les travailleurs du transport. On voudrait savoir son “stand”. D’ailleurs, Alan Ganoo a déjà été informé de cette audition prévue lundi. »
L’autre « coïncidence », selon lui, c’est que cette convocation intervient à quelques semaines à peine d’une action industrielle, à savoir une grève générale, dans le secteur du transport en commun, et ce en vue de forcer la main au gouvernement pour appliquer la grille salariale du NRB. « Il est clair qu’il s’agit d’une tentative d’intimidation entreprise juste avant le coup d’envoi d’une action industrielle d’envergure dans le secteur du transport en commun. L’autre zone d’ombre, c’est que cette convocation intervient plus d’un an après les faits », dit-il, poursuivant : « Me an tou cas, nou pas pou cede ! Intimidation pa pou arret nou ! » Ashok Subron confirme au passage que le vote pour les employés d’autobus individuels aura bel et bien lieu la semaine prochaine. Ce scrutin est présenté comme étant « la dernière étape » avant la tenue de la grève générale.
Pour rappel, en 2013, la CNT avait été paralysée par une grève. Les employés étaient en effet montés au créneau après la réallocation des lignes, jusque-là exclusivement dédiées à la CNT, à d’autres opérateurs du transport en commun. Il aura fallu plusieurs négociations entre les dirigeants syndicaux et les ministres Bachoo et Mohamed pour que cette action prenne fin. Les exigences des employés avaient alors été acceptées.