Intervenant hier après-midi après l’échec des négociations entre les membres du comité de soutien aux grévistes et le Permanent Secretary au ministère du Travail, l’ancien membre fondateur du MSM, ancien ministre de l’Education et ancien haut cadre de l’Unesco, Armoorgum Parsuramen, a rappelé aux ministres et députés leur « devoir de dialogue » en tant qu’élus. Le comité de soutien a convié les sympathisants à une réunion de soutien le dimanche 22 octobre à 10h au centre social Marie Reine de la Paix, Port-Louis, « pour discuter d’une stratégie d’action ».
« Minis inn prefer al get avion ki zot vinn get dimounn ki pe mor ! » lance Jane Ragoo, affalée sur le semblant de lit où elle poursuivait son 5e jour de grève de la faim au Jardin de la Compagnie. « Zot pou bizin enn zour vinn rann kont ! » reprend Jack Bizlall.
Il est 14h45 hier. Le comité de soutien venait de rentrer bredouille d’une rencontre avec le Permanent Secretary du ministère du Travail. « Enn fonksioner sa. Pa kapav pran oken desision… Li zis vinn repet seki zot finn dir li dir », nuance Burty Beeharry, membre du comité de la CTSP.
De son côté,  Armoorgum Parsuramen, ancien membre fondateur du MSM, ancien ministre de l’Education et ancien haut cadre de l’UNESCO, n’a pu s’empêcher de rappeler à nos ministres et députés leur « devoir de dialogue en tant qu’élus ». Et de poursuivre avec indignation : « Kan ou finn eli kom depite ek ou vinn minis, ou bizin asim ou responsabilite an tan ki elu. Ou bizin kapav ekoute ek apre pran desision ki bizin pran. Ou pa kapav kasiet derier fonksioner, fer zot al negosie ! », dit-il lors de ce poiunt de presse.
L’ancien ministre a affirmé qu’il y a une solution à ce problème. « Par exemple, on peut très bien puiser du CSR Fund pour payer ces femmes, le temps qu’on trouve une solution permanente », a-t-il suggéré. « Je ne comprends pas pourquoi on fait tant de misère aux gens qu’on est supposé servir ! J’en sais quelque chose, moi qui m’occupe des handicapés », a-t-il lancé, racontant ensuite comment le gouvernement avait coupé, « pour aucune raison apparente », l’aide des personnes en situation de handicap.
Jack Bizlall avait auparavant expliqué la situation : le cas de 299 “toilet-cleaners” a été réglé à la satisfaction de tous. « 137 d’entre elles ont été embauchées par le ministère de l’Education sur une base permanente, 148 autres, âgées de plus de 48 ans, seront employées par le ministère de l’Education suite à une dérogation de la PSC. Quatorze, âgées de plus de 60 ans, recevront, elles, une “gratuity” du gouvernement », a-t-il élaboré. « Des 333 lot cleaners. Nou zis oule ki sa 333 cleaners-la gagne mem considerasion ki sa bann 299 la inn gagne. Pa possib ki sa 333 cleaners-la pa gagn mem tretma ki sa bann 299 ki zot ka fini regle. Ki difisil pou kompran ladan ? » dit-il.
Atma Shanto, de la Fédération des travailleurs unis, a déploré l’absence de ministres aux négociations. « Kouma dir minis Travay, minis Ledikasion, minis Lafam pa existe dan sa pei-la ! » Khalik Gurreebun, de la CTSP, a regretté que la réunion avec le PS n’était qu’un « show ». Et de poursuivre : « Zot pe zoue ar nou alor ki dimounn pe mor dan Zardi Kompani ! » Narendra Gopee, de la FCSOU, a  déploré cette « tragédie qui se joue au Jardin de la Compagnie ».
Veena Dolah, de la GWF, a de son côté fait appel à la solidarité des Mauriciennes. « Kan pe maltret bann madam koumsa, bann madam dan Moris pa kapav res zot lakaz, zot bizin desann dan Porlwi. » Rehana Ameer, qui présidait cette conférence de presse, a lancé un vibrant appel à la présidente de la République, Ameena Gurib-Fakim, et aux autres « femmes ministres » du gouvernement. « Zot pa kapav res trankil kan sa bann famla pe soufer ! » a-t-elle indiqué.