En apprenant dans Le Mauricien du 17 octobre 2013 l’admission d’Élie Michel à la Surgical ICU de l’hôpital Jeetoo, je ne puis rester insensible. Je sympathise avec lui bien que je n’approuve pas cette grève de la faim que je considère stérile et comme faisant partie de la comédie que Sylvio Michel joue avec les descendants d’esclaves depuis plus d’une décennie. Je pense que Élie est sincère dans son combat ; si sa santé se détériore, Sylvio serait tenu pour être le seul responsable… !
Environ 18 mois de cela, Élie Michel était venu me rencontrer, en trois reprises, chez José Jacquet (Major) à la Cité Roche Bois, pour un plan d’action concertée des Verts fraternels et du MAM en faveur des descendants d’esclaves. C’est lui qui avait initié la première rencontre et il se montra disposé à travailler ensemble avec le MAM même si Sylvio restait hésitant. Par contre, je lui ai donné l’assurance que si Les Verts Fraternels étaient en train de recevoir des financements des organisations des Verts à l’étranger ou des bourses, la position du MAM pour une action commune restera inchangée. Hélas !
Volte-Face
La Volte-Face est une monnaie courante chez Sylvio Michel. Le dimanche Quasimodo de l’an 2000, les Verts Fraternels et le MAM avaient organisé un grand rassemblement d’environ 50,000 Créoles à Mont Choisi pour réclamer : un jour de congé public, le 1er février, pour fêter l’abolition de l’esclavage; un jour de congé public, lundi Pâques, pour fêter la résurrection du Christ qui représente la plus grande fête du calendrier chrétien, ainsi qu’une compensation pour les descendants d’esclaves.
Au cours de ce grand rassemblement, le MAM avait proposé, entre autres, dans un premier temps, une action de revendication et de réparation, à travers l’ONU, pour que les pays qui avaient profité de la Traite négrière tels: La Grande Bretagne, La France, la Hollande, le Portugal, l’Espagne et certains Pays Arabes y souscrivent financièrement. J’avais aussi déclaré que cette action auprès de l’ONU devrait être soutenue par le gouvernement mauricien, le secteur privé, les propriétés sucrières et les banques à Maurice.
Il n’avait jamais été question, que c’était le gouvernement mauricien ou le secteur privé, qui devrait payer la compensation.  Il n’avait jamais été question que les descendants d’esclaves eussent à débourser Rs 500/ par personne pour retracer leur généalogie « Ban Racines Nou Ancetres». Il n’avait jamais été question, non plus, d’organiser des manifestations devant certaines banques ou certains bureaux à Port-Louis, ni même de proférer des menaces contre une section de la population mauricienne, qu’elle soit blanche, rousse, noire, jaune ou verte « Zot fin kokin boukou larzan, e Zot pou bizin rande. » Notre action devait être menée, non sur une base de dénonciation et de conflit mais plutôt sur la concertation et la réconciliation.
Mais Sylvio Michel a tout gâché, tout chambardé ; il s’est montré absolument ridicule quand il a demandé à l’ancien gouvernement MMM/MSM d’accorder une avance de cinq cents roupies sur le montant de la compensation dû à chaque descendant d’esclave. Auparavant, il avait même déclaré que le gouvernement mauricien devrait payer une compensation allant de 5 à 25 mille roupies à chaque descendant d’esclave. Sylvio Michel essaie de continuer avec sa comédie (grève de la faim) pour embêter les descendants d’esclaves. Cependant, en tant que descendant d’esclave moi-même, comme nous le dit Serge Lebrasse, « mama kreol, papa kreol, moi osi mo bizin kreol », je pense qu’il faut le stopper. Il faut mettre FIN à cette comédie burlesque qui n’a que trop duré.
La Grande Trahison
Malgré le soutien populaire de la communauté créole aux Verts Fraternels et au MAM en ce dimanche Quasimodo 2000, Sylvio Michel opta pour la traîtrise et joua le rôle de Judas Iscariot. Il alla négocier une alliance avec Jugnauth et Bérenger, derrière le dos du MAM. Ainsi, il obtint deux investitures, pour lui et Armance, pour les élections générales de 2000 et il  devint Ministre après ces mêmes élections. Au lieu de profiter de son statut de Ministre et membre du Cabinet Ministériel pour faire avancer le dossier des descendants d’esclaves, il les vendit et les mena tous à l’abattoir. Je m’explique. Le député Verts Fraternels, Armance, présenta une motion réclamant une compensation pour les descendants d’esclaves. Très bien ! Au lieu de soutenir Armance et d’insister pour que la motion soit votée, Sylvio Michel naïvement accepta un amendement  à l’effet que les mots « travailleurs engagés » soient ajoutés à la motion d’Armance. Quel dommage ! Sylvio ne comprit pas qu’il existe un monde de différence entre ‘Esclaves’ et ‘Travailleurs Engagés,’ quoique ces derniers aient eux aussi connu des périodes très difficiles. Pour lui l’Esclavage et l’Engagisme avaient la même signification. Et, ce fut un coup mortel que Sylvio Michel porta aux revendications légitimes des descendants d’esclaves pour une compensation. Il fit montre d’un manque de perspicacité à comprendre le piège que Paul Bérenger lui avait tendu et dans lequel il précipita toute la communauté créole.
La Différence
Selon l’historien Frédéric Régent, « l’esclave est une personne dont la liberté appartient à un autre…  L’esclavage est la réduction d’une personne à un état de privation de toute liberté, celle-ci allant de libertés sociales aux libertés les plus fondamentales… »
 « …Contrairement à l’esclave qui est un meuble, l’engagé jouit d’une personnalité juridique…Il possède des biens, peut contracter (mariages, contrats de vente) plus ou moins librement…
…  « C’est pourquoi il est fondamental de ne pas confondre engagisme et esclavage. »
… « L’engagé a une situation préférable à celle de l’esclave. »
Comment donc, peut-on demander aux pays qui avaient profité du commerce des esclaves tels:- la Grande Bretagne, la France, la Hollande, l’Espagne, le Portugal, certains pays arabes etc. de souscrire à une compensation pour les descendants des travailleurs engagés à Maurice.
Aujourd’hui ce même Sylvio Michel a le culot de nous dire que « le but de cette grève de la faim observée depuis neuf jours est d’attirer l’attention des gouvernements mauricien, français, hollandais et britannique et des entreprises des secteurs privé sur les revendications pour compenser les descendants d’esclaves… » Et en même temps, il réclame une  « Green Reparations Foundation ».
 Giovanny Cotte (dans la page Forum récemment) a raison de lui poser ces questions qui paraissent très pertinentes: « Qui va payer cette somme ? » « Qui aura droit à cette compensation ? »
Par ailleurs, Jooneed Jeeroburkhan a aussi raison de qualifier la grève de la faim de Sylvio Michel de « combat utopiste. »
Pour moi personnellement, cette dernière initiative de Sylvio Michel marque la FIN d’une comédie burlesque. Sylvio doit réaliser que ce n’est pas parce qu’on se dit descendants d’esclaves qu’on doit tous être des  idiots.
Finalement, examinons ensemble quelques-unes des principales observations de la Commission Justice et Vérité en relation avec la lutte que mène le Mouvement authentique mauricien (MAM) :
« Les descendants d’esclaves ne sont que des citoyens de deuxième grade…ils ne sont nullement représentatifs dans le secteur agricole, dans le commerce ou encore dans les petites et moyennes entreprises ; ils doivent se rechigner à faire des travaux manuels, contrairement aux autres groupes sociaux, ils ne disposent pas de groupes de pression pour faire entendre leurs voix dans les milieux politiques avec pour conséquences que most of their grievances remain unheard. »
La Commission met aussi en exergue le fait que « Creoles are the last to be employed and the first to be retrenched. »  Elle formule des “recommendations directed towards Social Justice,” and “equal opportunity for all ;” exactement ce que le MAM a toujours réclamé pour les créoles habitant les régions défavorisées telles : Roche Bois, Batterie Cassée, Ste Croix, La Cure, Tranquebar, Cassis, Vallijee, GRNO, Pailles, Pte aux Sables, Richelieu, tout le long des côtes de la Rivière Noire, Le Morne, La Ville Noire, Goodlands, Grand Gaube etc.