« Nous n’avons constaté aucune augmentation de cas de grippe A(H1N1) durant cette saison hivernale », a déclaré le Dr Vassen Pauvaday, Acting Director of Healh Services du ministère de la Santé, hier après-midi lors d’un point de presse au ministère de la Santé, en l’absence du pays du ministre de tutelle Lormus Bundhoo.
Le Dr Pauvaday a indiqué que dans la majorité des cas les patients souffrant de grippe guérissent après un traitement symptomatique destiné à soulager leurs courbatures et la fièvre notamment. « Nous sommes en contact avec tous les surintendants des hôpitaux régionaux et spécialisés pour suivre le cas de malades venant dans les Casualties et les “unsorted” patients. Nous n’observons aucun rush inhabituel dans les hôpitaux en cette période », a-t-il affirmé. Du 5 au 11 août, 4 974 cas de grippe ont été traités dans les hôpitaux régionaux et ceux de Mahébourg, de Souillac et ENT (ear, nose and throat) de Vacoas. Le ministère de la Santé surveille également le coronavirus, un virus de maladie respiratoire en provenance du Moyen-Orient qui est loin d’être inoffensif. L’Acting Director of Health Services affirme que toutes les dispositions ont été prises au niveau des hôpitaux. « Nous avons des isolations wards et le ventilation ward, les spécialistes, les médicaments », dit-il.
Les médecins du ministère de la Santé ont animé ce point de presse suite au décès de Rakesh Dayal, un ancien employé de Mauritius Shopping Paradise de l’aéroport SSR et neveu du ministre Suren Dayal. Le jeune homme est décédé suite aux complications provoquées par une grippe due au virus A(H1N1). Le Dr Subraj Mudhoo, Chest Physician, a répondu également aux questions de la presse. Le Dr Tilochun Nundlall du ministère de la Santé a expliqué pour sa part que le ministère a institué un système de surveillance des maladies “upper” respiratoires aiguës dans la population à travers des sites sentinelles. « Comme 85 % de la population se fait soigner à l’hôpital, cette population cible nous donne des indications sur les tendances de la grippe, dont celle de la grippe A(H1N1) ». Il indique que depuis 2010 l’Organisation Mondiale de la Santé a décrété la fin de pandémie de la grippe A(H1N1). Aujourd’hui, la grippe A(H1N1) est traitée comme une infection saisonnière au même titre que la grippe H, dit-il. Interrogé par la presse au sujet d’un décès survenu à l’hôpital de Rose-Belle qui serait dû à la grippe A(H1N1), le ministère de la Santé a démenti cela en disant qu’il s’agit de « rumeur ».
« Il n’y a pas lieu de paniquer », a déclaré le Dr Pauvaday. Le ministère de la Santé est plus particulièrement préoccupé par les retombées touristiques d’informations faisant croire à une épidémie, laisse-t-il entendre. Déjà le décès provoqué par la grippe A(H1N1) a été relayé par des médias internationaux, dont un site web indien, Global Times. Les médecins du ministère de la Santé ont expliqué que chaque année la grippe provoque des complications qui peuvent être fatales à cause de « multi-organ failure ». Interrogé au sujet du taux de mortalité de la grippe saisonnière et de la grippe saisonnière et A(H1N1), le Dr Nundlall a indiqué que le ministère n’a pas les chiffres pour Maurice. Il répond que selon les statistiques en Europe, 18 % des cas ont été fatals dont 6 % à cause de la grippe A(H1N1). Aux États-Unis, 9 % des personnes hospitalisées sont mortes des complications de la grippe. « Pour les nouveaux virus la mortalité dépasse 50 % et ils causent des pandémies. Cela n’est pas le cas actuellement », soutient le Dr Nundlall.
Trois virus de la grippe sont présents en ce moment à Maurice. Il s’agit du A(H3N2), du B Influenza et du C, plus rare. Lors de cas sévère, le malade est placé sous masque à oxygène ou sous ventilation respiratoire. Dans ce dernier cas, ses chances de s’en sortir sont de 50 %, indique le Dr Nundlall. Dans le cas moins sévère, une intraveineuse d’antibiotique suffit. Le traitement se fait au cas par cas (avec ou sans antirétroviraux), expliquent les médecins. Quelque 10 000 personnes, personnel médical compris, ont été vaccinées contre la grippe, y compris A(H1N1), indique le ministère de la Santé. L’année dernière à la même période il y avait 5 984 cas de grippe du 6 au 12 août dans les hôpitaux, un nombre légèrement supérieur à celui de cette saison.