L’organisation de l’Onu pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) a recommandé le lundi 29 août « une surveillance et une vigilance accrues face au virus de la grippe aviaire au moment où une souche mutante de ce virus mortel se propage en Asie et au-delà ». « Le dernier décès est survenu en début de mois au Cambodge, où ont été enregistrés huit cas d’infection humaine cette année, tous mortels », ajoute l’agence onusienne évoquant « des risques imprévisibles pour la santé humaine » dans un communiqué publié à Rome.
Cette expansion est liée aux mouvements migratoires des volatiles, selon Juan Lubroth, vétérinaire en chef de l’organisation de l’Onu pour l’alimentation et l’agriculture (FAO). Un motif supplémentaire de préoccupation est l’apparition en Chine et au Vietnam d’une variante du virus apparemment capable de contourner les défenses fournies par les vaccins existants, souligne par ailleurs M. Lubroth. Le ministère de la Santé affirme de son côté sur son site officiel : « No case of avian influenza reported in Mauritius among human or poultry. »
La circulation du virus au Vietnam menace aussi directement le Cambodge, la Thaïlande et la Malaisie et met en péril la péninsule coréenne et le Japon. Depuis sa première apparition en 2003, 565 personnes ont été infectées par le virus de la grippe aviaire H5N1 et 331 d’entre elles en sont mortes, rappelle la FAO, citant des chiffres de l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Le virus a en outre tué ou conduit à l’abattage de plus de 400 millions de volailles et causé environ 20 milliards de dollars de dommages économiques dans le monde avant d’être éliminé dans la plupart des 63 pays infectés lors de son apogée en 2006.
L’année 2008 a vu les prémices d’une recrudescence de l’expansion géographique du H5N1 touchant à la fois volailles et oiseaux sauvages. Les régions récemment affectées se trouvent en Israël, dans les territoires palestiniens, en Bulgarie, en Roumanie, au Népal et en Mongolie, des pays où le virus avait disparu depuis plusieurs années. Au Vietnam, la plus grande partie du Nord et du Centre où le H5N1 est endémique a été envahie par la nouvelle souche du virus, selon la FAO.
Il convient de souligner que la grippe aviaire est sur la liste des maladies dont la déclaration aux autorités est obligatoire par les médecins mauriciens.