Les demandeurs pour les vaccins antigrippe continuent à affluer dans les hôpitaux et environ 5 000 personnes ont été vaccinées quotidiennement. Dans le privé, la majorité des pharmacies sont toujours en rupture de stocks de vaccins et d’autres les reçoivent au compte-gouttes de leurs fournisseurs habituels. Tandis que les consommateurs sont confrontés à une variété de prix, allant de Rs 181 à Rs 430.
En raison de la longue file d’attente dans les hôpitaux pour le vaccin, un bon nombre de Mauriciens ont préféré se tourner vers le privé. Ceux qui ont réussi à s’en procurer sont déconcertés par les différences de prix d’une pharmacie à l’autre. Certains ont déboursé Rs 181, d’autres Rs 225 et même plus. Une jeune maman qui voulait faire vacciner sa petite fille de cinq ans raconte qu’elle a déboursé environ Rs 400 pour la dose de vaccin, mis à part les honoraires du médecin.
Nous avons obtenu des prix très différents dans les pharmacies où nous nous sommes rendus : Rs 180.90, Rs 225, Rs 275, Rs 350, Rs 370, Rs 430…
Est-ce à dire que les vaccins les moins chers seraient de moindre qualité que ceux coûtant Rs 300 ou plus ? « Pas du tout », répondent au Mauricien un pharmacien et un médecin, tous deux ayant une très longue carrière dans leurs professions respectives. « Le prix n’est pas un indicateur de l’efficacité d’un vaccin », souligne le pharmacien. « Les vaccins contre la grippe contiennent des composants pour prévenir contre les virus de type A H1N1 et H3N2 B2 et leurs fabricants doivent se conformer aux recommandations de l’OMS, qui sont actualisées régulièrement », explique le médecin.
Pourquoi donc ces différences de prix remarquables ? « Les prix varient en fonction des laboratoires qui produisent ces vaccins et des pays d’origine », répondent nos interlocuteurs. « Étant donné que la demande est en hausse, il est normal qu’un vendeur va proposer le vaccin qui est le plus cher pour faire partir son stock. Mais un client qui ne peut débourser Rs 300 peut demander au pharmacien de lui donner un autre vaccin moins cher », dit le pharmacien.
Par ailleurs, la vaccination antigrippe gratuite dans le service public a lieu uniquement dans les hôpitaux depuis la semaine dernière. En raison de la grosse demande qui a pris tout le monde de court et « afin de mieux gérer la situation », le ministère de la Santé a décidé d’annuler pour l’heure le service dans les Area Health Centres et dans les centres de santé communautaires. D’où la foule qui se dirige quotidiennement vers les hôpitaux.
La hot line (8924) concernant la grippe, en service depuis lundi, est très sollicitée, aux dires des officiers du ministère. « Depuis ce matin, nous recevons non-stop des appels et certaines personnes sont agacées parce qu’elles ne réussissent pas à avoir la ligne. Nous recevons un appel chaque 10 secondes », affirme un préposé.