Une nouvelle étude scientifique a montré que la contagion du virus de la grippe dépendrait en partie de la corpulence. Les personnes en surpoids hébergeraient le virus plus longtemps, ce qui les rendrait plus contagieuses.

Si le fait d’attraper ou non le virus de la grippe dépend des défenses immunitaires de chacun, la contagion de cette maladie hivernale dépendrait quant à elle de la corpulence.

Selon une étude parue dans le Journal of Infectious Diseases, les personnes en surpoids ou obèses seraient ainsi contagieuses plus longtemps que les personnes de corpulence « normale », car elles hébergeraient le virus de la grippe plus longtemps, lui donnant plus de temps pour se propager.

Les chercheurs de l’Université du Michigan (États-Unis) ont ici mené des analyses auprès de 1 800 adultes et enfants, au sein de 320 familles du Nicaragua, afin d’étudier l’effet de l’obésité sur la durée de l’excrétion virale (via la toux, l’éternuement etc.) au cours de trois saisons grippales, entre 2015 et 2017.

Verdict : les résultats ont permis de montrer que les personnes ayant un IMC supérieur à la moyenne, et présentant des symptômes grippaux propageaient le virus de la grippe en moyenne 42% plus longtemps que les autres, à savoir les personnes atteintes de la grippe ayant une corpulence normale. Et les personnes obèses présentant peu ou pas de symptômes grippaux mais ayant été infectés par le virus propageaient celui-ci 104% plus longtemps que les autres.

Si ces résultats ne présentent qu’une relation de corrélation, ils laissent penser que le virus pourrait se multiplier durant une plus longue durée chez les personnes en surpoids, sans que l’on ne sache encore exactement pourquoi. La surcharge pondérale pourrait modifier la réponse immunitaire du corps au virus de la grippe, et donc ses capacités de survie et de transmission.

En attendant d’en savoir plus, les chercheurs suggèrent de vacciner prioritairement les personnes présentant un surpoids, une obésité, d’autant que celles-ci sont plus à risque d’infection. Ils réfléchissent par ailleurs à la mise en place d’autres stratégies de prévention et de contrôle de la grippe afin de limiter les épidémies.

Le simple fait de respirer suffirait à transmettre le virus de la grippe, selon une nouvelle étude américaine portant sur des échantillons d’air exhalé. D’où l’importance de rester chez soi lorsque l’on est malade.

Une transmission aéroportée du virus de la grippe

Pour l’étude, publiée dans la revue PNAS, les scientifiques ont inclus 142 personnes atteintes de la grippe entre décembre 2012 et mars 2013. Ils ont alors recueilli 218 échantillons d’air exhalé pendant 30 minutes, et ce aux 1er, 2e et 3e jours après le début des symptômes. Branchés à une machine, les participants respiraient et parlaient normalement, et pouvaient tousser ou éternuer s’ils en ressentaient le besoin. Résultat : 48% des échantillons recueillis en l’absence de toux et d’éternuement contenaient le patrimoine génétique du virus de la grippe, signe que le virus s’y trouvait. De façon logique, la présence de gènes du virus était d’autant plus importante que les éternuements et épisodes de toux étaient nombreux.

Ce phénomène, appelé transmission aéroportée, pourrait amener les scientifiques à repenser les modèles mathématiques évaluant le risque de transmission du virus, tout comme les campagnes de prévention, puisque le simple fait de respirer suffirait à transmettre le virus.

Combien de temps durent les symptômes de la grippe ?

La grippe, aussi appelée influenza, est une infection respiratoire caractérisée par des symptômes variés. Chacun de ces symptômes a une durée différente. Si les troubles digestifs disparaissent au bout d’un ou deux jours, la fatigue peut persister jusqu’à quatre semaines.

Personne n’aime être malade. C’est pourquoi certains prennent des vitamines l’hiver, et d’autres se font vacciner contre la grippe. La grippe est une infection respiratoire aiguë très contagieuse qui se manifeste environ 48 heures après la contamination par le virus. Bien que le vaccin, les médicaments et les remèdes maisons aident à diminuer la gravité des symptômes, préparez-vous à devoir supporter une forte fièvre, des problèmes d’estomac, des douleurs musculaires et articulaires, des maux de tête et de la fatigue intense. Une toux sèche peut apparaître en fin de maladie.

D’après le docteur Megha Tewari, chaque symptôme a une durée particulière :

les troubles digestifs : un à trois jours

les maux de tête : un à trois jours

les douleurs : trois à cinq jours

la fièvre : trois jours à une semaine

la fatigue : une à deux semaines

la toux : une à deux semaines

L’état de santé de la personne atteinte par la grippe va déterminer l’évolution des symptômes. Chez une personne en bonne santé, ils vont disparaître progressivement au bout d’une semaine, mais la fatigue peut persister pendant un mois. Certaines personnes comme les enfants, les personnes âgées, les femmes enceintes et les personnes souffrant de maladies chroniques, sont plus à risque de complications. Ils ne sont pas à l’abri d’un choc septique, d’une infection pulmonaire, ou d’une aggravation de la maladie chronique. C’est pourquoi il est suggéré de consulter un médecin si vous commencez à vous sentir malade.

Chez l’adulte, la grippe est traitée par beaucoup de repos, une réhydratation, et une prise d’analgésiques en cas de fièvre et de courbatures. Des médicaments antiviraux peuvent être prescrits aux personnes les plus fragiles. Le meilleur traitement préventif pour ces personnes est la vaccination. Pour tous les autres, des gestes d’hygiène en période d’épidémie aident à limiter la contamination : lavez-vous les mains fréquemment et évitez de toucher vos yeux, votre nez et votre bouche lorsque vous vous déplacez.