En remettant les clés hier après-midi aux premiers résidents des maisonnettes de la National Empowerment Foundation (NEF) construites à Gros-Cailloux, les responsables de cet organisme ont insisté auprès des bénéficiaires sur le respect du contrat social qui se décline ainsi : le bon voisinage, le respect de l’environnement, l’entretien de la maison et le paiement régulier des mensualités. Les ex-habitants de Anse-Courtois entreront dans ces maisonnettes flambant neuves cet après-midi.
La NEF a construit 59 unités de logements sur un terrain de quatre arpents à Gros-Cailloux et d’après son calendrier, les éventuels occupants devaient emménager au mois de septembre. La construction des maisons est terminée depuis longtemps mais il reste à compléter quelques gros travaux, notamment la construction des drains, l’asphaltage des ruelles, la clôture. Selon Suren Dayal, le ministre de l’Intégration sociale, la NEF a bousculé son calendrier afin de répondre à la situation difficile et délicate dans laquelle les ex-habitants de Anse-Courtois vivent à Beau-Bassin. « Nous avons fait le maximum en un mois pour que vous puissiez prendre possession de vos maisons mais il y a encore des gros travaux en cours », a déclaré le ministre hier après-midi en signalant que cela pourrait leur causer quelques inconvénients, notamment le bruit et la poussière.
Selon le contrat social qu’ils ont signé hier après-midi, les résidents s’engagent à respecter plusieurs conditions ayant trait à l’environnement, au bon voisinage, à la scolarité des enfants, à l’entretien de la maison et à l’entraide. « Ce contrat social a pour objectif le respect des uns et des autres pour vivre en harmonie dans la société », a expliqué M. Antoo, Chief Administrator de la NEF.
Les occupants devraient aussi s’acquitter d’une mensualité de Rs 1 000 et les trois intervenants à cette cérémonie de remise de clé ont tour à tour appelé les occupants de ces logements sociaux au paiement régulier. « Gouvernman inn fer so par, aster nou kont lor zot pou fer zot par si zot anvi enn lavenir briyan pou zot zanfan. Respectez le contrat social et soyez de bons payeurs », a insisté hier la PPS Aurore Perraud.
Suren Dayal s’est aussi appesanti sur la nouvelle stratégie choisie par le gouvernement pour le logement social et qui fait partie, selon lui, d’une panoplie de mesures visant l’empowerment des personnes les plus vulnérables dans la société. « Nous ne voulons pas prôner l’assistanat », a souligné le ministre de l’Intégration sociale. « Nou la pou akonpagn zot, pou empower zot pou ki zot pran zot lavenir an min », a dit Suren Dayal. Celui-ci qui a reconnu que les maisons sont très petites et a indiqué aux bénéficiaires qu’ils peuvent entreprendre des travaux d’extension une fois qu’ils auront payé la totalité de la somme qui leur est demandée. « Si zot ena la posibilite pou terminn zot peyman avan 25 an, li pli bon pou zot pou ki zot kapav agrandi zot lakaz ».
Dans un mot de remerciements au nom des douze bénéficiaires, Christene Heviamoovia a souhaité que les autorités ne s’épargnent aucun effort pour combattre la pauvreté dans tous les coins du pays, en s’aventurant surtout dans les endroits encore méconnus dans la population en faisant référence au hameau d’Anse-Courtois qui est sorti de l’ombre après les inondations du 30 mars dernier.