Une semaine après avoir évoqué à l’Assemblée nationale un présumé transfert de fonds de Rs 25 millions lié au réseau de drogue Gros Dereck et censé impliquer un ministre, le député Cehl Meeah fait face à une double inculpation provisoire. Après avoir été longuement entendu pendant toute la journée d’hier par les limiers du Central CID sous la supervision des ACP Pregassen Vuddamalay et Heman Jangi, le leader du Front Solidarité Mauricien (FSM) a été accusé de diffamation criminelle et de « Publishing False News ». Libéré sur parole, hier après-midi, il a dû se présenter à la mi-journée devant le tribunal de Port-Louis pour les procédures de sa remise en liberté sous caution.
Lors de la comparution de Cehl Meeah en Cour à la mi-journée, son conseil légal, Me Raouf Gulbul, a présenté une motion en vue de prendre connaissance des conditions pour la caution imposée par la Cour. La police n’a pas objecté à la remise en liberté provisoire de Cehl Meeah. Il a soutenu qu’aux termes de la section 50 (12) de la Bail Act, les délits qui sont reprochés au leader du FSM ne constituent pas de « serious offences ». La Cour a entendu les arguments de l’homme de loi avant de fixer le montant de la caution.
Cette double inculpation par le Central CID en marge de la Gros Dereck Saga n’a pas empêché Cehl Meeah d’aborder une nouvelle fois le volet des allégations contre le ministre des Administrations régionales Hervé Aimée. Il a lancé un ultimatum à celui-ci pour qu’il rende publics tous ses comptes bancaires dans les différentes banques commerciales à Maurice et à l’étranger. C’était lors d’un meeting du FSM à Plaine-Verte dans le cadre de la campagne pour les élections municipales.
Lors de son point de presse samedi, suite à sa déposition pour laquelle Cehl Meeah a été inculpé provisoirement hier, Hervé Aimée avait fait comprendre qu’il avait de son propre gré donné l’autorisation à la police et aux autorités compétentes d’accéder à ses comptes dans les banques de même que ceux des membres de sa famille, dont ses « quatre enfants qui sont majeurs ».
Lors de son intervention à Plaine-Verte, le leader du FSM a indiqué que lors des prochains rassemblements, il fera des commentaires sur deux autres politiciens, proches de la majorité, en marge de cette même affaire. De son côté, Richard Duval a déjà consigné une déposition à la Cybercrime Unit du Central CID au sujet des commentaires sur Facebook attribués à Cehl Meeah.
Depuis le week-end, le “document”, présenté jusqu’ici comme un « bout de papier illisible », se retrouve au centre d’une controverse quant à son origine. Répondant à une question de Week-End au sujet de la banque où le transfert a été opéré, Hervé Aimée a soutenu que la banque en question n’était autre que la State Bank of Mauritius. Il en a profité pour ajouter qu’il ne possédait « mem pa enn demi-sou dans State Bank ».
Mais d’autres sources, se présentant comme étant « Privy » à ces informations, avancent que la banque ne serait pas la State Bank mais bien une autre banque commerciale, citée comme étant la banque de Gros Dereck et de Sujeet Balkissur pour des facilités de crédit-bail pour les voitures. Vu que ce “document” aurait été présenté par Cehl Meeah lors de sa rencontre du lundi 26 avec le Premier ministre Navin Ramgoolam, il n’est pas à écarter que des limiers de la CID soient dépêchés au Prime Minister’s Office pour consigner la version des faits de Navin Ramgoolam.
La police a déjà enregistré depuis samedi la version du ministre Lormus Bundhoo et du PPS Patrick Assirvaden, présents à la réunion du PMO du lundi 26.
À ce stade, Le Mauricien n’a pas été en mesure de confirmer auprès du Central CID si cette dernière étape a déjà été franchie par les enquêteurs. Dans cette perspective, ledit document avec les initiales H.A. pourrait être versé dans le dossier à charge et faire l’objet d’un Forensic Examination en vue d’établir son origine et de confirmer son authenticité pour les besoins de l’enquête.
D’autre part, après sa comparution devant le tribunal de Port-Louis, Cehl Meeah a signifié son intention de revenir au Central CID pour une déposition contre Nita Deerpalsing. Il s’appesantit sur le fait que la directrice de communications du Parti travailliste se serait rendue coupable de diffamation à son égard et d’avoir diffusé de fausses nouvelles en faisant état de « 13 rencontres de Cehl Meeah avec sir Anerood Jugnauth en présence de Paul Bérenger ».
L’ancien président de la République et leader du Remake 2000 sir Anerood Jugnauth a déjà précédé le leader du MMM au QG du Central CID à ce même sujet depuis hier matin. Mais à aujourd’hui, aucune indication quant à la prochaine convocation de la parlementaire de la majorité à la police n’était disponible.