Le groupe Terra veut devenir un acteur majeur de l’immobilier. C’est ce qu’on fait comprendre ses dirigeants lors d’une rencontre avec la presse en début de semaine au siège de l’Aventure du Sucre, à Beau-Plan. Le groupe a repensé le plan directeur pour son projet de Smart City qui s’étendra sur 265 hectares et englobera Beau-Plan ainsi que les régions de Pamplemousses et de Bois-Rouge.
Le projet de Smart City revêt une importance capitale pour le groupe qui veut développer non seulement Beau-Plan mais également les villages alentours. « Nous avons récemment déménagé notre siège social afin d’intégrer le Business Park de Beau-Plan et cela fait partie de notre stratégie globale qui vise à recentrer notre développement dans la région nord de l’île. Ainsi, nous avons également revu et étendu le plan directeur initial de notre Smart City afin de mieux y intégrer les villages alentours, car nous voulons que les habitants de ces régions soient parties prenantes de ce projet », indique Nicolas Maigrot, Managing Director de Terra. Nicolas Maigrot a également annoncé un renforcement du cluster foncier et immobilier du groupe avec le recrutement de nouvelles compétences pour l’exécution de la stratégie de développement futur.
Dans les milieux du groupe, on annonce qu’avec le grand projet immobilier, de nombreuses facilités seront mises à la disposition des habitants du Nord. La « nouvelle ville intelligente » abritera les locaux de l’African Leadership Group qui occuperont une superficie totale de 53 hectares. Pour la première phase des travaux de construction de cette nouvelle institution d’éducation supérieure, les promoteurs pensent pouvoir accueillir un millier d’étudiants. La Smart City comprendra également un centre commercial et des espaces de bureaux sur sept hectares. Par ailleurs, Terra se propose de construire 80 villas à Belle-Vue sous le régime du Property Development Scheme (PDS). Une superficie de 12 hectares y sera allouée.
« Outre ses nouvelles ambitions dans l’immobilier, Terra capitalisera sur son savoir-faire incontestable dans la production de sucre », souligne le groupe. Terra table sur une production de l’ordre de 80 000 tonnes pour 2016, soit une augmentation d’environ 10 000 tonnes par rapport à l’année dernière. Déjà présent en Côte d’Ivoire, le groupe compte étendre ses activités à l’international.
Pour ce qui est de la production d’énergie, Terragen a augmenté sa production de 6,2 % pour atteindre 425,6 GWh. Terra poursuit sa démarche vers le développement durable en développant de nouvelles biomasses telles que la paille de canne et prévoit d’en brûler 10 000 tonnes cette année. De plus, Thermal Valorisation Ltd, dans laquelle Terragen a investi à hauteur de 35 %, entrera en opération en septembre 2016 et brûlera annuellement 25 000 tonnes de cendre en provenance de sa centrale thermique, rendant ainsi ce sous-produit utilisable dans le ciment.
Par ailleurs, Grays Ltd poursuit son développement et veut faire progresser ses marques, notamment le rhum New Grove qui, précise-t-on, est reconnu au niveau international. Les énergies seront focalisées sur la recherche de nouvelles avenues pour d’autres débouchés à l’international. Concernant les activités de responsabilité sociale de l’entreprise, on indique que Terra Foundation concentrera ses efforts sur diverses localités dans la région nord du pays. L’éducation et la formation ainsi que l’allégement de la pauvreté seront au centre de ses activités.
Notons que Terra a enregistré pour l’exercice financier se terminant en décembre 2015 un chiffre d’affaires de Rs 4,3 milliards contre Rs 3,9 milliards en 2014. Les profits après impôt du groupe se sont élevés l’année dernière à Rs 726,4 millions par rapport à Rs 432,2 millions pour l’année précédente.