Les résultats nets du groupe Innodis pour la période juillet 2015 à mars 2016 ont été affectés par la dévaluation du metical, la monnaie du Mozambique, où une filiale du groupe est en activité. Les profits après impôt pour ces neuf mois se sont élevés à Rs 54,9 millions par rapport à Rs 102,2 millions pour la période correspondante de 2014-2015. La direction note toutefois une stabilité au niveau de la performance opérationnelle du groupe en général pour les neuf premiers mois de l’exercice financier 2015-2016.
Le chiffre d’affaires du groupe a effectivement progressé de 5,6% à Rs 3,4 milliards alors que les bénéfices opérationnels ont enregistré une très légère hausse, passant de Rs 176,7 millions à Rs 179,7 millions. Cependant, relève la direction, ces résultats positifs ne se sont pas répercutés sur les profits nets du groupe, tombant ainsi à Rs 54,9 millions. Les bénéfices par action se sont élevés à Rs 1,51 pour les neuf mois, contre Rs 2,28 pour la même période en 2014-2015. « Notre filiale, Mozambique Farms Limitada, a dû faire une provision d’un montant de Rs 61,5 millions suite à la dépréciation du metical, la monnaie mozambicaine. » Cette provision a été faite pour un “unrealised loss on exchange”, qui pourrait survenir du fait que Mozambique Farms doit rembourser leurs “shareholders loans” en dollars, impactant sur les bénéfices nets du groupe. En fait, les bénéfices par action auraient été de Rs 2,35 « si la situation économique au Mozambique était plus favorable », explique Jean How Hong, Chief Executive Officer (CEO) d’Innodis.
Jean How Hong est cependant d’avis que la performance opérationnelle de la filiale mozambicaine est « satisfaisante ». « Nous commençons à voir les résultats de nos efforts depuis que nous nous sommes davantage impliqués dans la gestion du business depuis le début de l’année. Nous constatons une progression dans les chiffres durant ces derniers mois. La performance au niveau de nos fermes est bonne. Malheureusement, nous avons dû faire une provision assez conséquente, mais les analystes semblent être d’avis que la situation économique au Mozambique devrait s’améliorer d’ici l’an prochain. »
Le Mozambique fait face à une situation économique assez difficile avec le retard dans l’implémentation de grands projets d’investissement étrangers ainsi que des interrogations concernant le montant de sa dette nationale. Le pays s’attelle actuellement à rétablir une relation saine avec le Fonds monétaire international (FMI) afin de pouvoir à nouveau compter sur le soutien de celui-ci. Innodis estime qu’il fait les frais de la conjoncture économique dans ce pays, mais devrait pouvoir renverser la vapeur dans l’éventualité d’une reprise de l’économie mozambicaine à l’avenir.
Pour ce qui est des opérations locales, la direction d’Innodis a procédé à une restructuration depuis le début de l’année, créant une filiale, Innodis Poultry Ltd, détenue à 100% par Innodis Ltd. Les activités de production de poulets ont été transférées sous la nouvelle entité en vue d’une meilleure organisation des pôles d’activités et d’un meilleur rendement général. « Vu qu’Innodis Ltd ne comptabilise aujourd’hui qu’une partie des ventes de poulets dans ses comptes, il y a une baisse sensible dans ses revenus et ses profits. Mais les résultats de ce secteur d’activité se retrouvent dans les résultats consolidés du groupe, à travers notre nouvelle filiale », souligne Jean How Hong.