Les bénéfices nets du groupe State Bank of Mauritius Ltd (SBM) pour les six mois se terminant au 31 décembre 2012, se sont améliorés de 26 %, atteignant Rs 1,7 milliard comparativement à Rs 1,3 milliard pour le semestre correspondant de 2011.
Approuvés hier par le conseil d’administration de la banque, les résultats intérimaires montrent que la croissance notée au cours du premier trimestre de l’exercice financier 2012-2013 s’est maintenue. L’amélioration des résultats, indique un communiqué du groupe bancaire, s’explique entre autres par une augmentation dans les revenus nets sous forme d’intérêt et d’un dividende exceptionnel. « Le groupe continue de bénéficier de la restructuration du bilan bancaire qui a commencé au cours de l’année financière précédente et de son accent continu sur la gestion de son bilan », précise-t-on. Les revenus nets sous forme d’intérêts ont crû de 29 % pour se situer à Rs 1,9 milliard, une évolution expliquée par une augmentation de 6 % des interest income, et une baisse des 17,8 % des dépenses sous ce même item.
La direction du groupe bancaire rapporte que les revenus hors intérêts, excluant le dividende exceptionnel, ont diminué de 8,5 % en raison d’une baisse des revenus générés par les transactions transfrontalières au niveau des cartes (cross border card income) et des opérations sur le change. Quant aux dépenses hors intérêts, elles ont augmenté de 13,1 %, principalement en raison d’une hausse des coûts de maintenance du système. Le ratio de coût par rapport aux revenus — indicateur d’efficacité des opérations bancaires — a baissé, passant de 33,4 % pour la période se terminant au 31 décembre 2011 à 31,2 % pour la période se terminant au 31 décembre 2012.
La banque fait état d’une croissance de 6,8 % des crédits nets en six mois, ceux-ci passant à Rs 66,5 milliards. Les dépôts affichaient une progression de Rs 3 milliards, soit 4 %, pour atteindre Rs 79,2 milliards à fin décembre 2012 en raison d’une augmentation des dépôts à vue et des dépôts d’épargne par Rs 6,3 milliards compensée par une baisse planifiée des dépôts en devises à coût élevé de Rs 3,3 milliards. « La croissance réelle des crédits et dépôts aurait été de 11 % et de 8,6 %, respectivement, si nous n’avions pas d’un point de vue stratégique diminué les actifs à faible rendement et les dépôts en devises à coût élevé », explique la banque. Le ratio de crédits par rapport aux dépôts s’élevait à 87 % au 31 décembre dernier comparé à 82 % au 31 décembre 2011.
Pour le conseil d’administration de la SBM, « la reprise économique mondiale et nationale demeure fragile, surtout avec l’incertitude persistante dans la zone euro ». Le climat d’investissement, soutient la direction est susceptible de rester morose, ce qui affectera la demande de crédit, en particulier pour les projets majeurs du secteur privé. Dans ce contexte, la SBM a renforcé ses efforts pour une meilleure gestion des coûts et pour améliorer les revenus grâce à une gestion efficace du bilan et une gestion proactive de la relation client. L’implémentation de nouvelles capacités technologiques est en cours afin de permettre au groupe d’améliorer le service client et l’efficience.
Dans le court terme, les coûts du système devraient augmenter mais de nouvelles avancées sont attendues en ce qui concerne la stratégie de la SBM pour sa diversification géographique en Afrique et en Asie au cours de l’année financière 2013.