La charge provisoire d’homicide involontaire, qui pesait depuis le 9 juin dernier sur le skipper de la pirogue Love, Louis Heyward Marie, a été rayée hier à la mi-journée en cour de district de Flacq. Cela suite à une motion déposée en ce sens par son avocat, Me Chetan Baboolall. L’avocat du Parquet, Me Pravin Harrah, n’y a pas objecté. Par ailleurs, l’enquête judiciaire présidée par la Senior Magistrate Navina Parsuramen s’est poursuivie, hier, avec les dépositions de L’ASP Reddy Lutchmoodoo, responsable de la National Coast Guard (NCG) dans l’Est et le Sud, des Constable Ramchurn, affecté à la Divisional Supporting Unit (DSU) de Flacq, et du Constable Bunowah, de la NCG de Deux Frères. Ce dernier était aux commandes du heavy duty boat lors de l’opération de sauvetage après que le bateau s’est renversé.
Le constable Ramchurn, qui avait été informé du drame par un ami, ne s’était pas aventuré en mer le jour même en raison du mauvais temps et de la mer démontée. Il a expliqué en cour que ses recherches « along the coast » n’ont pas permis de retrouver le corps du défunt constable Chetlall Mungur, porté disparu. Le constable Ramchurn était retourné en mer le lendemain sur les ordres du Divisional Commander, suivi d’autres collègues et de volontaires pour retrouver le disparu. « Volunteers namely a skipper Jimmy Rabaye helped us to adventure into the sea. We went by boat on the locus and searched till the end of the beach. From the boat, we were looking at the surface and I identified the t-shirt of Police Constable Mungur », a-t-il expliqué.
Me Pravin Harrah:You did not dive?
Constable Ramchurn:No.
Me Pravin Harrah:What did you do then?
Constable Ramchurn:I jumped. Police Constable Mungur was stuck in the mud at the level of his knees. He was in a standing position, bent downwards 2m feet in the water. It was difficult to remove him and PC Bhageera jumped to help me put the body on board. And then, we came to NCG office.
Me Viren Ramchurn, qui représente les intérêts des policiers survivants et des familles des victimes, a alors demandé au Constable Ramchurn s’il portait des équipements lors de cette opération en mer. Question à laquelle il devait répondre par la négative, affirmant qu’il n’était pas nécessaire de s’en munir.
L’ASP Reddy Lutchmoodoo a, lui, été entendu sur le nombre d’officiers qui étaient en poste ce jour-la. Selon le PC Neamuth, qui avait déposé la semaine dernière, ils étaient trois à avoir accouru pour porter secours. Il s’agit de lui, du Temporary Police Constable (TPC) Domingue et du constable Bunowah. Or, selon les entrées du diary book, le nom du TPC Domingue n’y figure pas. 
ASP Reddy Lutchmoodoo:  Constable Neamuth told me that Constable Domingue was also present. I don’t know how he reached, perhaps by another craft.
Me Ramchurn:Oh, you are speculating.
L’ASP Reddy Lutchmoodoo devait, par la suite, éclairer la cour quant au shift system et le nombre d’officiers requis lorsqu’ils sont en poste. Il a expliqué que les officiers sont tenus de faire des « foot patrol, mobile patrol and afloat patrol ». C’est, a-t-il dit, en revenant d’un afloat patrol et lorsqu’il amarrait le bateau à la jetée que le costable Neamuth avait constaté qu’un bateau venait de chavirer.
Me Chetan Baboolall devait dès lors l’interroger sur le moment qu’il en avait été informé et l’heure à laquelle il s’était rendu sur les lieux. L’ASP Lutchmoodoo a expliqué qu’il en avait été informé vers les 18h par le Head Quarters de l’Eastern Division de Trou-d’Eau-Douce.
Me Chetan Baboolall : Such a tragic incident happened and you were only informed one hour later ? Is it normal?
ASP Lutchmoodoo: Yes, it is normal.
L’ASP Lutchmoodoo devait alors expliquer que son personnel était occupé à sauver des vies et qu’un sergent donnait les instructions. Il a détaillé aussi que la NCG peut secourir une personne en lui lançant une bouée et qu’elle n’est pas obligée de se jeter à l’eau.
Dans un autre ordre d’idées, le responsable de la NCG a expliqué qu’il ne peut empêcher les bateaux de s’aventurer en mer. Et de préciser que ce jour-là, la mer était praticable.
S’en est suivie l’audition du Pc Bunowah. Ce dernier était responsable aux commandes du heavy duty boat de la NCG et au vu de sa hiérarchie, donnait des instructions au Pc Neamuth, le seul à s’être jeté à l’eau. Le Pc Bunowah a expliqué qu’il était en poste depuis 8h45 et qu’il avait été informé du drame par le Pc Neamuth vers 17h15. Selon lui, ils étaient quatre en poste ce jour-là, dont le constable Raboud.
Me Pravin Harrah : Once you were informed, which steps did you take ? 
Constable Bunowah:We went to NCG office to get equipment and then proceeded on the spot.
Tout cela s’est fait en moins de deux minutes, soutient le PC Bunowah. En tant que responsable, il a d’abord fait un « “quick assessment” de la situation. »
Q:Can you give a brief description? 
R:There were people clinging to the capsized boat asking for help on top and below. Pc Neamuth jumped at sea and there were also volunteers.
Le Pc Bunowah explique qu’il avait pu sauver quatre ou cinq personnes et que le constable Domingue avait aidé deux femmes à grimper à bord.
Q:Did you help to find missing people?
R:The visibility was poor and the sea was rough. One more pleasure craft came to help. One female and two children were rescued and they were unconscious.
Ensuite, devait poursuivre le Pc Bunowah, il avait essayé en vain de retourner la pirogue. C’est alors que l’embarcation avait été remorquée par le constable Neamuth. Il avait par la suite été informé qu’une personne manquait à l’appel.
Me Viren Ramchurn, quant à lui, s’est intéressé au nombre de bateaux que possède la NCG de Deux-Frères et la raison pour laquelle le heavy duty boat avait été favorisé au lieu du shallow water boat. Le Pc Bunowah devait alors soutenir que « le “heavy boat duty” est plus efficace dans ce genre de situation ». Il a expliqué être retourné sur les lieux à deux reprises et qu’il n’y avait aucun survivant à son bord.
Me Ramchurn : Pooja Shamloll, was she not the only person on your boat ?
Constable Bunowah :Je ne peux l’affirmer.
Me Ramchurn :Ou pa rapel ! (…) Ti ena dimounn pe kriye anba bato. Eski ou’nn trouv Neamuth desann anba bato ? 
Constable Bunowah : He tried to. 
Q:Ki instriksion ou’nn done ? 
R : Domingue was helping
Q :Avek ki ekipman ?
R :One buoy.
La magistrate Navina Parsuramen :How much do you have in such an emergency situation?
R:Only one.
Me Ramchurn: At the NCG Post?
R:Two.
Q:Kifer ou’nn pran zis enn alor?
No answer.
Plus loin, le constable Bunowah devait soutenir que ses hommes n’avaient aucune torche sur eux pour les aider à se diriger sous l’eau. L’enquête judiciaire reprend le 29 août prochain.