Le président de la Government Servant Association (GSA), Radhakrishna Sadien, a soutenu hier que « les lacunes du rapport Manraj se font sentir et petit à petit, les fonctionnaires s’en aperçoivent ». C’était lors d’un point de presse dans la capitale.
À la suite de la publication du rapport de l’Errors, Omissions and Anomalies Committee (EOAC), présidé par Dev Manraj, la GSA a attiré l’attention des autorités sur de nouvelles anomalies. « Ti ena bann koreksyon prezan dan rapor-la me avek plis letan, Dev Manraj ti pou kapav fer enn meyer travay », a soutenu le président de la GSA. Il est d’avis que dans la fonction publique, les salaires sont toujours mal ajustés, alors que « le comité a été mis sur pied en vue d’améliorer le système ».
La GSA a, en ce sens, adressé le 5 juin dernier une lettre au Premier ministre, Navin Ramgoolam, faisant part de son insatisfaction au sujet du rapport de l’EOAC, qui, au lieu de réduire les problèmes, en a créé d’autres, avait-il écrit. Une copie de la lettre a également été envoyée au ministère de la Fonction publique, mais dans les deux cas, rien n’a été fait pour arranger les choses. Radhakrishna Sadien fait appel aux autorités de revoir les erreurs et d’y remédier dès que possible parce que « les fonctionnaires recommencent, petit à petit à se sentir frustrés ».
Le président de la GSA a également élaboré sur la proposition d’augmentation salariale des députés. Ce serait, dit-il, une aberration parce qu’alors que le gouvernement avance qu’il n’a pas assez d’argent pour les fonctionnaires, comment fera-t-il pour augmenter les députés, se demande-t-il. « Bann minis-la pas zot letan konpar nou ek Singapour, me la bizin konpran ki Singapour, enn pli gran pei ki nou, pa pe bizin otan depute laba. »
Revenant sur le rapport de l’EOAC, Radhakrishna Sadien souligne que beaucoup d’organisations syndicales ont cru qu’il allait répondre aux attentes de tout un chacun « mais elles ont fini par réaliser qu’il y a un souci quelque part ». Et d’ajouter : « Certaines en profitent pour manipuler les gens… » Cependant, Radhakrishna Sadien est resté vague quant à l’identité de ces syndicalistes « magouilleurs ». Le président de la GSA leur a toutefois lancer une mise en garde contre toute forme de manipulation au cas contraire « le dossier atterrirait en cour ».