GTU : « La fin d’une guerre épique »
La décision d’avoir des security guards en faction devant l’entrée des écoles à risque, marque « la fin d’une guerre épique » selon le Government Teachers Union (GTU). « Le nombre croissant des agressions sur les enseignants n’a pas laissé le GTU insensible. Après plusieurs réunions avec le ministère à ce sujet, des mesures palliatives, tels des spotchecks de policiers de temps à autre dans différentes écoles, n’avaient pas donné les résultats escomptés. Le GTU a même organisé des manifestations dans les écoles où ont eu lieu les agressions. Rien de tout cela n’a fonctionné. D’où la menace du syndicat de mobiliser tous ses membres pour une manif monstre devant la MITD House dans les jours à venir », explique le GTU dans un communiqué. Le syndicat a alors été appelé à participer mardi à un High Level Committee entre le ministère de l’Éducation, la police, la Child Development Unit et le probation office.
Une nouvelle réunion est prévue la semaine prochaine pour arrêter la liste des écoles à risque.