Des policiers portant secours aux victimes retrouvées sur un site touché par l’éruption

Le Guatemala est toujours sous le choc. Selon un dernier bilan, la violente et soudaine éruption d’un volcan a fait 65 morts. Mais il pourrait encore s’alourdir, préviennent les autorités.

Le décompte macabre pourrait encore s’alourdir mardi au
Guatemala avec la poursuite des recherches des nombreux
disparus après l’éruption du Volcan de feu, le dernier bilan faisant état de 65 morts après
la découverte lundi par les sauveteurs de nombreux corps calcinés. L’éruption dimanche de ce volcan culminant à 3 763 mètres et situé à 35 kilomètres au sud-ouest de la capitale Guatemala, a également entraîné l’évacuation d’urgence de plus de 4 500 personnes des
villages situés sur le flanc du volcan, qui a projeté de la lave et des cendres sur une vaste
zone, semant la panique parmi les habitants.

Au total l’éruption a duré plus de 16 heures, mais « une réactivation est possible », a
prévenu de son côté l’Institut national de vulcanologie, recommandant de maintenir de
strictes mesures de précaution dans cette région.

Le Volcan « de Fuego » était déjà entré en éruption en janvier 2018. En septembre 2012,
son précédent réveil avait entraîné l’évacuation de quelque 10 000 personnes résidant
dans des villages situés sur le flanc sud. Deux autres volcans sont également actifs au Guatemala : le Santiaguito (ouest) et le Pacaya (20 km au sud de la capitale).