Dans exactement une semaine se tiendra un référendum à la Cargo Handling Corporation Ltd (CHCL) ayant pour enjeu de déterminer le syndicat qui aura le droit exclusif de représenter les intérêts des travailleurs dans les négociations et des signatures d’accords à venir. Cette confrontation entre la Port-Louis Maritime Employees Association et les quatre autres syndicats regroupés au sein du Joint Negotiating Panel se jouera les 5 et 6 mars au Main Office de la CHCL.
C’est à la suite de deux séances tenues au niveau de l’Employment Relations Tribunal, lundi et hier, que l’ordre a été émis d’organiser ce référendum les 5 et 6 mars prochains sous les dispositions légales de l’Employment Relation Act. Cette instance supervisera le déroulement de l’événement. Les urnes seront ouvertes de 9 heures à 16 heures mercredi et de 9 heures à 13 heures jeudi. Le syndicat obtenant plus de 50 % des suffrages sera autorisé à représenter les intérêts des travailleurs dans les négociations avec la direction de la CHCL. L’organisation de ce référendum, seulement le deuxième en 42 ans dans le secteur du port, résulte de la contestation de l’accord signé par la PLMEA avec la direction de la CHC l’année dernière concernant une révision de salaire et des conditions d’emploi.
En attendant le référendum, les deux parties, la Port-Louis Maritime Employees Association et le JNP (qui regroupe la Port-Louis Harbour and Docks Workers Union, la Docks and Wharves Staff Employees Association, la Maritime Transport & Port Employees Union et la Stevedoring and Marine Staff Employees Association) mènent une campagne de mobilisation sur le terrain. Les attaques se poursuivent, le JNP accusant par exemple la PLMEA de tenter de débaucher ses membres. « Lor terin nou pe fini koumans koz avek nou bann dimounn. Au niveau du JNP nous sommes confiants ek nou pe atann resilta vini », nous a déclaré Moussa Ibrahim ce matin. « PLMEA inn inisie bann aksion pou sole recognition parski zot finn amenn campagne pou dir dimounn sorti depi nou syndicat. Nou ti mem fer enn déposition la polis pou sa zafer-la akoz pa gagn drwa met pression lor travayer pou sanz syndicat ».
Dans le camp de la PLMEA, le mot d’ordre est d’éviter l’abstention dans une semaine. « PLMEA dimann tou travayer al vote merkredi boner. Pa abstenir. Ou kondision travay ek lavansman ki an ze. Se sindika ki pou gagn plis ki 50 % vot tout travayer ki travay CHCL ki pou gagn eleksion, gagn drwa negosie. Si ou pa voté, ou pou fer zwe bann ki pe anvi kass Lakor 2013. Fode plis ki 700 travayer vot PLMEA pou li gagn Sole Recognition sinon PLMEA pou perdi eleksion, ek bann magouyer pou kontinie fer bal », soutiennent ses dirigeants dans un tract en circulation dans l’enceinte portuaire.