En s’adjugeant la Barbé Cup, sa première classique au Champ de Mars, Kremlin Captain a non seulement inscrit une 13e victoire à son palmarès fort remarquable mais il s’est aussi assuré que son nom soit gravé dans le marbre au panthéon du turf mauricien.
L’entraînement Gujadhur a toujours été associé à quelques champions qui ont marqué à leur manière le turf local que fut-ce du temps de Ton Mica ou de Sir Radhamonhun Gujadhur. Si les noms de Verdot, Nippy Regen, Rough Rope, Bold Statement voire Road To Gold ont pris un coup de vieux, en revanche les souvenirs qu’ont laissé les Hinterland, Solar Symbol et autre Il Saggiatore sont encore vifs dans les mémoires de turfistes, en particulier ceux de la jeune génération. Mais s’il y a un nom qui restera pour toujours dans la mémoire collective de tout turfiste et tout passionné de chevaux, c’est bien Kremlin Captain. L’élève de Rampatee Gujadhur, qui avec ses fils, a su donner un second souffle à la plus vieille écurie du turf, ne cesse de monter en puissance et même Nooresh Juglall, qui pourtant a été associé à pas mal de champions en Afrique du Sud et maintenant au Singapour, a été impressionné par ce coursier, allant même jusqu’a dire qu’on n’a pas encore vu ses limites.  
Le Champ de Mars a vu éclore des talents qui pourtant nous sont arrivés sans tambour ni trompette  mais qui ont fini par gravir les échelons pour évoluer à un niveau jusque-là insoupçonné. Les noms qui nous viennent à l’esprit sont Champion Status (Raj Ramdin), Telaroyal (Serge Henry), Gypsey Rover (Philippe Henry), Sentinal (Perdrau) ou plus récemment Casey’s War (Maingard), Diamond Light (ex Raj Ramdin) et Intercontinental (Rousset). Tous ces chevaux ont la particularité d’avoir débuté au plus bas de la hiérarchie pour se retrouver au sein de l’élite. Puis, est venu Kremlin Captain, véritable machine à courir, qui impressionne à chaque fois qu’il se présente en piste. Rarement a-t-on vu un coursier de cette qualité, qui allie puissance et classe. Tous les huit jockeys qui l’ont mené à la victoire n’ont eu que des éloges à son égard. L’Irlandais Paul Mulrennan, avec qui il était associé lors du Week-End International en 2014, l’a même qualifié d’Aeroplane! Pourtant, rien ne le prédestinait à une carrière aussi fructueuse à Maurice. Retour sur le parcours d’un champion hors pair, un des meilleurs, si ce n’est le meilleur coursier que le Champ de Mars ait connu.
« Lowest rated horse à remporter une classique »
Mukund Gujadhur, un de ses propriétaires, a raison d’être fier lorsqu’il retrace le parcours, Kremlin Captain. D’ailleurs, l’avocat ne s’est pas fait prier pour rappeler, dans sa déclaration à chaud, que Kremlin Captain est « le lowest rated horse a avoir remporté une victoire classique jusqu’ici au Champ de Mars ». En effet, avec un MR de 26 à son arrivée (il fut acheté à 2 ans), Kremlin Captain est de loin le coursier qui a connu la plus belle progression de ces vingt dernières années, pour ne pas dire de toute l’histoire hippique mauricienne. De ses débuts dans la C7 un après-midi de juillet 2014 jusqu’à sa victoire classique de samedi dernier, Kremlin Captain a connu une ascension phénoménale qui n’est pas à la portée de tout cheval. Au total, ce sont 13 victoires qui sont tombées dans son escarcelle en seulement 17 apparitions et on ose croire que ce n’est pas encore fini.
Si ses victoires furent les une plus belles que les autres, sa plus belle réalisation a été sa série de huit victoires, commencée en octobre 2014 pour se terminer pratiquement un an après dans la Coupe d’Or. Cette défaite, ou accident de parcours, c’est au choix, constitue son seul faux pas de la saison 2015 alors même qu’il était associé au fantasque Noel Callow. Si entre temps, il effaça des tablettes des records le nom de Gypsey Rover qui jusque-là avait réalisé un sept à la suite, son entourage fut contraint de lui trouver un engagement de dernière minute pour qu’il puisse s’assurer du titre de cheval de l’Année. Avec du recul, on est tenté de dire que ce titre honorifique couplé à celui de meilleur 4-ans, ne fut qu’une simple consolation car sa défaite dans cette dernière classique de la saison, fut loin d’avoir été digérée par ses connexions. Au fond d’eux-mêmes, ils savaient que Kremlin Captain avait largement les moyens de remporter une classique et qu’il fallait tout mettre en oeuvre pour que ce voeu ne reste pas un voeu pieux. C’est ainsi que le Barbé 2016 fut coché en rouge au moment du planning de l’avant saison.
Le premier Barbé de Yashin Emamdee
La préparation de cette échéance débuta donc très tôt dans la saison avec une course de rentrée sur 1400m lors de la 2e journée que Kremlin Captain remporta sans qu’il n’ait eu à forcer son talent. Le test grandeur nature allait intervenir à sa deuxième sortie sur 1500m huit semaines plus tard. Aligné dans une épreuve de Gr1 réservée au chevaux détenant un rating de 60 ou plus, le fils de Captain Al hérita du plus mauvais numéro dans les stalles de départ dans un champ de neuf partants. Contraint à faire des efforts pour prendre la direction des opérations, il trouva quand même les ressources additionnelles pour résister aux percutants finish de ses rivaux pour enregistrer sa 12e victoire au Champ de Mars. Si pour certains Kremlin Captain avait montré ses limites, tel ne fut pas le cas pour son entraîneur qui ne pouvait avoir de meilleur baromètre pour assess son poulain. Nous étions à cinq semaines de la grande course et Kremlin Captain pouvait donc passer a l’étape supérieure de sa préparation.  À
 ce chapitre on trouve que celle-ci fut plus progressive, car Kremlin Captain est monté graduellement en distance comparativement à One Cool Dude, dont l’entraîneur a jugé bon de maintenir sur le sprint.
Et on ose croire que Ramapatee Gujadhur s’est sans doute frotté les mains quand il a pris connaissance des entrées, qui étaient majoritairement composées de finisseurs, le mardi précédent la course. Son protégé « qui s’est déjà montré aussi rapide qu’Act Of Valor sur le kilomètre », avait donc toutes les cartes en main. C’est donc sans surprise qu’il s’appropria la position tête et corde peu après le passage du but, sous les acclamations de la foule et à 800m de l’arrivée, d’aucun disait qu’il fallait un très bon cheval pour pouvoir le priver de la victoire. One Cool Dude tenta bien de limiter la casse mais Kremlin Captain était bel et bien le plus fort samedi. L’élève de Ricky Maingard fut relégué à 4,10L au but tandis que les autres ne furent que des spectateurs. Yashin Emamadee, qui avait  remporté la Duchesse avec T Rex pour le compte de la casaque bleu électrique et écharpe rouge en 2006, s’adjuge pour sa part son premier Barbé.
Ramapatee Gujadhur, tout en dédiant cette victoire à son oncle, l’ancien juge Hurryparsad Goburdhun qui a fêté ses 97 ans la semaine dernière, n’a pas manqué de remercier l’équipe qui l’entoure. « Il y a Mukund, qu’Alec et moi appelons le “chief planner”. Il y a bien sûr Gopal, mon assistant, Naresh notre chef palefrenier qui est très dévoué. Je remercie aussi la famille Ramdin pour le centre qu’elle a mis à notre disposition à Pointe aux Sables, Iqbal et Biljoo qui est le responsable de ce centre. Il y a aussi Soobash et les trackriders qui montent Kremlin tous les matins. Je remercie aussi Yashin qui a monté une course parfaite et Nooresh qui a très bien monté Bouclette Top en s’assurant que One Cool Dude soit maintenu en one-off tout en gardant sa position. Last but not least, je dis un grand merci à ma femme et à ma soeur qui étaient de passage à Maurice et ainsi qu’à tous les fans de l’écurie Gujadhur. Je crois que la saison est presque terminée pour nous (rires). » Vu la démonstration de Kremlin Captain et la bonne entrée en matière du crack annoncé Bouclette Top, on est en droit de penser que la saison de l’écurie Gujadhur est loin d’être terminée et qu’elle aura de solides arguments à faire valoir dans les deux grandes courses restantes, surtout la Coupe d’Or en octobre prochain, seule classique qui lui a filé entre les doigts la saison dernière…