Scandale. Le leader du PTr, Navin Ramgoolam, en a cité plusieurs qui ont ébranlé le gouvernement de l’Alliance Lepep, ce lundi 4 novembre à un congrès de l’Alliance Morisien au No 13.

Navin Ramgoolam a relevé que Raouf Gulbul, campaign manager du MSM, a été pointé du doigt dans le rapport de la Commission d’enquête sur la drogue. Selon lui, Raouf Gulbul pourrait occuper un poste de haute responsabilité sous un éventuel gouvernement MSM/ML, a avancé le leader du PTr,

Il s’en est également pris à Deochand Dewdanee, proche du MSM empêtré dans une affaire de trafic de drogue.

Jean-Michel Lee Shim, propriétaire de journaux pro-MSM et bookmakers, en a aussi pris pour son grade. “Saki pe ris difil par deryer, se lakwizinn ek Lee Shim”, a invoqué le leader du PTr.

Navin Ramgoolam a également rappelé les frasques du président du MSM, Showkutally Soodhun. Avant d’ironiser sur les rumeurs selon lesquelles ce dernier serait promis à un haut poste constitutionnel sous le gouvernement Jugnauth.

Navin Ramgoolam devait aussi citer le scandale Euroloan, qui a vu Vishnu Lutchmeenaraidoo perdre son siège de ministre des Finances pour se retrouver aux Affaires étrangères.

Dans un autre volet, il a soutenu qu’aucun ministre des Finances n’avait osé puiser des réserves de la Banque de Maurice, comme en a fait provision Pravind Jugnauth en tant que grand argentier. Navin Ramgoolam devait souligner que Renganaden Padayachy serait à l’origine de cette mesure controversée.

Zanfan No 13.

Lormus Bundhoo a, en ouverture de congrès, rappelé les périmètres de la circonscription No 13 et les lieux de cultes dont il regorge. Les trois députés de l’Alliance Morisien, a-t-il souligné, sont tous des “enfants” de Rivière-des-Anguilles/Souillac.

“Gouvernman Jugnauth pe anbet ou”, a fustigé Rubna Daureeawo, candidate de la circonscription, en rappelant les promesses non tenues de l’Alliance Lepep, dont celle de miracle économique.

“Sa Premye minis ki nou pa’nn nom li Premye minis-la, ki leker li kapav ena pou met eleksion an plin examin?” a-t-elle questionné, en rappelant que Pravind Jugnauth ne souhaiterait pas que le dernier cas de Navin Ramgoolam en cour connaisse le même sort que les onze autres, qui ont été rayés.

“Pravind Jugnauth so soley pe tegn”, a lancé Tassarajen Pillay Chedumbrum, autre candidat du No 13. Pour lui, le peuple les a sanctionnés en 2014 “parski zot pa ti kontan sa lalians ek MMM, zot pa ti anvi enn Premye minis kouma Paul Bérenger”.

Soulignons qu’un incident a eu lieu à l’arrivée de Navin Ramgoolam, un groupe de partisans du PTr regrettant qu’un des leurs aurait reçu un coup de coude d’un des gardes du corps.