Le talent de Gustave Caillebotte fut longtemps méconnu au profit de son rôle de mécène éclairé. Le peintre fut redécouvert dans les années 1970 à l’initiative de collectionneurs américains. Les rétrospectives de ses oeuvres sont désormais fréquentes. Certains de ses tableaux se trouvent maintenant au musée d’Orsay à Paris.
Scope se penche sur ce peintre, disparu le 21 février 1894.
Gustave Caillebotte est le moins connu des peintres impressionnistes. Il est pourtant l’auteur de quelque cinq cents oeuvres dans un style plutôt réaliste, courant dont il est un des fondateurs. Le peintre s’illustra particulièrement dans des représentations des rues de Paris peintes depuis des balcons élevés, dans des scènes de la vie ouvrière, dans des paysages naturels de jardins et parcs et dans des scènes nautiques sur la Seine. L’oeuvre de Gustave Caillebotte ressemble souvent à l’art photographique, avec ses puissants effets de perspectives rétrécies.
Le peintre privilégie les vues plongeantes, très caractéristique de son oeuvre. Caillebotte cesse d’exposer à l’âge de 34 ans, ses tableaux ont rarement été vus du public. Il n’existait pas de reproductions de celles-ci, le peintre n’ayant pas besoin de les vendre pour vivre. Elles sont souvent restées en sa possession. Aujourd’hui, l’un des plus grands peintres du 19e siècle est reconnu à sa juste valeur et ses oeuvres magistrales sont devenues inoubliables.