Encore un champ maigrichon pour une carte maigrichonne pour meubler la 10e journée, avec la participation de 73 chevaux sur un maximum de 90. Sept seulement ont été alignés dans l’épreuve principale et on trouve Seeking Angelo bien placé pour ajouter un autre succès à son palmarès déjà éloquent.
On penche pour une victoire de l’écurie Rousset, la quatrième dans une course phare cette saison, parce que Seeking Angelo pourrait obtenir le meilleur parcours en l’absence d’un vrai meneur. Il ne sera guère surprenant de le voir prendre la direction des opérations pour imposer sa loi et ne pas être rejoint.
Le seul cheval qui, à notre avis, pourrait le gêner est le poids lourd Azapel, qui tente sa chance pour la deuxième semaine d’affilée. Toutefois, il sera hasardeux de sa part d’aller en quête de la position tête et corde s’il est contraint de s’user prématurément. Il sera plus judicieux qu’il se place tranquillement à la corde, en attendant l’emballage final, dans l’espoir de pouvoir bénéficier d’un passage à l’intérieur.
Il faudrait peut-être tenir en ligne de compte que Hot Rocket s’est déjà montré plus véloce que Seeking Angelo, même si ce dernier est par la suite parvenu à le déborder. On ne sait de ce qui adviendra au cheval de l’écurie Allet qui sera associé à Nooresh Juglall, en l’absence de Sean Veale, qui a déjà regagné l’Afrique du Sud. Hot Rocket semble un cheval qu’il ne faut pas brusquer et qui préfère courir à sa main.
Le danger pour Seeking Angelo se nomme Living With Heart, deuxième de notre première classique de la saison, qui a préféré faire l’impasse sur la sixième journée pour retrouver un lot plus à sa convenance. Il a pu profiter de ces deux semaines additionnelles pour se peaufiner davantage. Tout ce qu’on peut dire est qu’il se trouve actuellement dans de bonnes dispositions et sera un adversaire coriace pour le favori.
D’un autre côté, on attend avec une certaine impatience la deuxième course de Parceval, qui avait semblé perdu lors de ses débuts au Champ de Mars. Il est actuellement difficile de le jauger. On espère que son séjour à la mer lui permettra de mieux négocier notre hippodrome. Rameshwar Gujadhur aligne le gris Mozart’s Giovanni, qui reste sur un retour discret. La question est si cinq semaines additionnelles lui ont permis d’atteindre sa meilleure forme. Dans le doute, on préfère le considérer seulement pour une place.