Polar Royale vainqueur sur 1500m, ce n’est nullement une surprise. Le cheval de Gilbert Rousset retrouvait un champ à sa portée et, en l’absence de on dernier vainqueur, Bulsara, il s’est fait un malin plaisir pour retourner la situation en sa faveur. Grâce à cette victoire dans une épreuve principale et le quintuplé ramené à l’occasion, Gilbert Rousset peut préciser ses intentions, même si l’avantage demeure du côté de Rampatee Gujadhur, qui possède toujours une marge confortable qui se chiffre à plus de Rs 800 000, au plus grand bonheur des die-hards de la casaque bleu électrique et écharpe rouge qui ont dû se baisser pavillon après un début en fanfare.
C’est finalement Derreck David qui est sorti vainqueur de sa joute face à Rye Joorawon. Oui, c’est Polar Royale qui a eu le dernier mot grâce à une monte intelligente du Sud-Africain, qui a su déjouer ou même piéger le Mauricien. Si Nordic Warrior avait l’avantage de recevoir 6,5 kg de son adversaire principal, on trouve que ce dernier a su déjouer sa tactique en le contraignant à sortir de son pas. En effet, tout le monde savait que Nordic Warrior se retrouverait en tête et que Polar Royale n’avait pas intérêt à insister sur plus de 100m dû à la différence de poids qui existait entre eux. Mais au final, Derreck David, ou l’entourage de l’écurie Rousset, a su trouver la parade pour que le favori sorte de son pas, avec pour résultat que Rye Joorawon soit incapable de contrôler sa monture à sa guise.
Rye Joorawon s’est fait prendre comme un débutant — le mot est peut-être un peu fort — car la petite sollicitation peu après les 1400m fit que Nordic Warrior prit le mors aux dents et ne put être contrôlé comme il se devait en dépit de tous les efforts de son cavalier. Joorawon essaya bien de reprendre sa monture dans la ligne droite d’en faice, mais sans résultat. Après avoir parcouru les premiers 300m en moins de 19”, Nordic Warrior ne put être ramené à la raison dans la ligne droite d’en face. Derreck David, lui, se laissa distancer, sachant pertinemment bien que le meneur ne pourrait continuer sur le même rythme.
Rye Joorawon commit aussi la bêtise de demander à sa monture d’accélérer à nouveau à 600m de l’arrivée, alors qu’il aurait été plus juste de sa part d’attendre encore vu l’avance qu’il avait prise dans la partie initiale. De son côté, Derreck David continua sur le même rythme et attendit patiemment les derniers 200m pour passer à la vitesse supérieure.
Il ne faudrait pas passer sous silence la tactique d’Azapel, qui essaya de profiter de l’écart du poids entre lui et Polar Royale — ce dernier l’avait battu à sa rentrée —, le handicap plaidant en sa faveur cette fois. Il faut saluer l’entourage de ce cheval, sans oublier le consultant Alexander Espitalier-Noël, qui a su apporter les apporter les retouches nécessaires pour que ce coursier soit au summum de sa forme.
Malheureusement pour lui, le changement de ligne de Polar Royale le força à aussi changer de ligne à un moment crucial. Et cela joua certainement contre lui car on est conscient qu’Azapel doit avoir tout en sa faveur pour avoir les meilleures chances de son côte. Il n’aime pas la cravache et a tendance à changer de ligne en fin de parcours. Il dut se contenter de la troisième place.
Donnie Brasco, lui, termina quatrième. Il était distancé dans la partie initiale. Il suivit plus près que d’habitude et son jockey dut le solliciter dans la descente. Cela eut une incidence sur son finish, mais il peut néanmoins être crédité d’une bonne course.
Les autres engagés ne furent nullement en mesure d’influencer le déroulement de l’épreuve. Référence est surtout faite en ce qui concerne Love Struck, qui était déjà battu à mi-parcours.