De retour après deux semaines d’absence forcée en raison de sa suspension sur Seeking Angelo, Derreck David s’est montré au sommet de son art à l’occasion de ce dix-septième acte où il fit feu pratiquement de tout bois puisqu’il enleva cinq des six épreuves où il était engagé. Une performance qui lui permet d’intégrer le Hall Of Fame sur notre turf où Jeffrey Lloyd, Anton Marcus, Kelvin Jupp et Johnny Geroudis étaient les derniers à y inscrire leur nom. Le Sud-Africain rejoint par la même occasion, Brandon Lerena et Jeanot Bardottier au niveau des 20 victoires, relançant ainsi la course pour la cravache d’or. Ce rendez-vous a aussi été marqué par une série d’incidents, entraînant plusieurs enquêtes et objections, et même la chute de Darryl Holland sur Hot Rocket. Zambezi Torrent fut même disqualifié pour sa faute.
Malgré le champ restreint dans The Guy Desmarais Cup, le spectacle était au rendez-vous et les turfistes furent tenus en haleine jusqu’au bout. Les regards étaient surtout braqués sur Nordic Warrior, convaincant vainqueur à sa dernière sortie dans une valeur nettement inférieure, et Polar Royale, battu par Bulsara dans la Coupe d’Or quatre semaines plus tôt. Le représentant d’Alain Perdrau avait pour lui de ne porter que 54kg à ce niveau. Avec un tel handicap, sa candidature méritait d’être prise très au sérieux, et il ne lui était pas interdit de suivre les traces de Polar Royale, qui a aussi grimpé les échelons pour se retrouver chez l’élite après avoir débuté en C6. Rye Joorawon tenta le coup tactique ou se laissa prendre au jeu de David en prenant ses distances dès les premières encablures, contrairement à sa dernière sortie où il avait placé son accélération dans le dernier virage avant de laisser sur place ses adversaires dans la ligne d’arrivée. Derreck David sollicita sur les premiers 100m sa monture, qui avait buté au départ, afin d’essayer de conserver l’avantage de sa ligne intérieure le plus longtemps possible, mais il n’insista pas face à la vitesse initiale de Nordic Warrior. Ce dernier se montra très entreprenant pour vite faire le trou. Ainsi au Tombeau Malartic, il comptait déjà environ 5L d’avance sur Polar Royale qui menait le peloton. Joorawon laissa souffler sa monture au bas de la descente, mais creusa malgré tout l’écart sur Polar Royale. Ce dernier mena le peloton à sa poursuite dans la dernière courbe. Il paraissait alors évident que le fuyard allait vite se faire reprendre. Cependant, Nordic Warrior fit illusion sur quelques dizaines de mètres. Il dut toutefois s’avouer vaincu à 50 mètres du poteau où Polar Royale prit l’avantage. Si l’état major affichait le sourire à sa sortie sur la grande piste, il dut attendre plusieurs minutes avant de célébrer la victoire, car une objection avait été logée par Jeanot Bardottier, qui pilotait Azapel contre Polar Royale pour interférence alléguée dans la ligne droite finale. Le film de la course démontre que Polar Royale commença à verser à l’intérieur à 150 mètres du but, incommodant Azapel, qui s’amenait à sa droite et dut être dirigé vers l’extérieur. Selon le cavalier mauricien, le vainqueur prit son rightful running et il eut à changer de ligne pour prolonger l’effort de Azapel. Selon Bardottier, il a perdu trois longueurs dans cette manoeuvre, qui lui a coûté la course puisque son cheval refit du terrain sur Polar Royale sur la fin. Cependant, après avoir pris en considération que Bardottier ne cessa jamais de monter but switched his mount to the outside et estimé qu’Azapel ne refit pas de terrain sur Polar Royale, la réclamation ne fut pas retenue. Une enquête sur cet incident se tiendra mardi matin. Les 1500m furent couverts en 1.30.43, un chrono honorable dans la mesure où les false rails avaient été placés à 4M25 hier.
David avait démarré sa belle série sur Bronco Buster qui faisait figure d’épouvantail dans la quatrième épreuve après sa très courte défaite derrière Dustan quatre semaines plus tôt. Si Bronco Buster se montra le plus prompt à l’ouverture des stalles et après avoir insisté pour conserver l’avantage sur le premier furlong, il laissa partir Makes Me Wonder, qui avait buté au départ. David ne paniqua pas lorsque le meneur creusa l’écart. Il fila les rênes à sa monture, qui refit graduellement son retard à partir du poteau des 700m. Dans la dernière courbe, l’issue ne faisait pas vraiment de doute, car Bronco Buster était toujours en main, tandis que Makes Me Wonder était déjà mis sous pression. David attendit les derniers 150 mètres pour se mettre en évidence. En quelques foulées, il refit son retard avant de résister au retour tardif de Parceval.
Zambezi Torrent ?disqualifié
David doubla la mise sur Rear Admiral dans The Marcel Harel Cup, qui fut marquée par la chute de Darryl Holland sur Hot Rocket à environ 450 mètres de l’arrivée. L’origine de cet incident fut le mouvement brusque de Zambezi Torrent sur Lake Geneva — tout au long de la course, on était sous l’impression que la monture de Bardottier s’appuyait sur celle de Rama—, qui fut débalancé et dut être repris par son cavalier. Dee Major qui était tout juste derrière, se retrouva sur les postérieurs de Lake Geneva et lorsqu’il fut repris à son tour, gêna Hot Rocket, qui le talonnait, entraînant la chute de ce dernier. Holland fut violemment projeté à terre, mais il put se relever après quelques secondes pour s’engouffrer dans une ambulance avant d’être conduit à la clinique. Aux dernières nouvelles, il souffrirait de son épaule. Cette chute l’a contraint de déclarer forfait pour le reste de la journée. Rama logea une objection contre Zambezi Torrent. Agissant sous le Rule 177 (b), Zambezi Torrent fut disqualifié. Après la course, le vénérinaire constata que ce cheval avait saigné. Dereck David doubla, lui, la mise sur Rear Admiral qui remporta son duel face à The Pieman dans The Marcel Harel Cup. Avranche parraissait pourtant tenir le bon bout sur ce cheval, qui demeurait sur une convaincante victoire, mais dans une valeur inférieure. On peut penser que The Pieman aurait pu se montrer plus accrocheur si le Français avait su mieux doser ses efforts. Bien servi par l’allure régulière du favori, Rear Admiral prolongea son effort jusqu’au bout pour s’offrir une troisième victoire d’affilée.
Il n’y eut que six partants dans la septième épreuve après le retrait de Mojo G qui s’était coincé une jambe dans la barrière extérieure après avoir lancé une ruade. Les paris engagés sur ce cheval furent remboursés. Sa cote étant de 59 contre 1 avant le départ, aucune déduction ne fut effectuée sur les gains du gagnant. Vu l’absence de Mojo G, qui aurait sans doute essayé de se placer dans le dos de son compagnon d’entraînement, et qu’il avait hérité de la première ligne, Triad Of Fortune se retrouva dans le dos de son principal adversaire The Real Hero, qui parvint à s’emparer de la position tête et corde assez facilement. Al Mahara se montra ardent, mais il fut bien retenu par Lerena pour demeurer sur l’arrière-main du meneur. Ce dernier était toujours en main à l’entrée de la ligne droite où Triad Of Fortune donna l’impression de pouvoir le rattraper facilement, mais le favori suivit probablement de trop près et ne se montra pas aussi percutant que ses sorties précédentes. The Real Hero versa, lui, à l’extérieur lorsque David utilisa le bâton de la main droite avant de pencher sur sa droite lorsque son jockey changea sa cravache de main. Une objection fut logée par Jean-Michel Henry et Dinesh Sooful contre le gagnant, qui aurait, selon eux, intimidé Roman Express en changeant de ligne. En effet, en visionnant le head on de la course, on constate que The Real Hero force Roman Express à changer de ligne lorsqu’il verse à l’intérieur. Si l’on applique une des raisons que les commissaires avaient utilisées pour rejeter l’objection de Rakesh Bhaugeerothee sur Lucky Valentine contre Colour Of Courage lors de la quatorzième journée à l’effet que «…leaving the 100m, that Lucky Valentine never made ground onto Colour Of Courage…», les résultats auraient dû être amendés. Car hier, Roman Express refit du terrain sur The Real Hero qui ne l’a battu que par 0.05L. Cette fois, les commissaires se sont appuyés sur le fait qu’il n’y eut pas contact entre les deux chevaux, que le jockey Sooful n’ait pas cessé de monter son cheval et que le jockey David eut cessé d’utiliser sa cravache sur la fin — cet argument n’est visiblement pas pertinent — pour expliquer leur décision de rejeter l’objection.
Five in a row
Sur le papier, les chances de Derreck David de réussir un five in a row et d’intégrer le hall of fame étaient bien réelles avec dans l’épreuve de clôture Gharbee, qui avait couru en constant progrès et qui restait sur une deuxième place derrière Elite Class. On savait aussi que Dream In Combat aurait une belle carte à jouer s’il on le laissait faire à l’avant. Isipho, confié à Nishal Teeha, qui est attaché à l’entraînement Rousset, fut sollicité au départ pour déborder Sail To Paradise qui s’élançait à la corde. Cela força Dream In Combat à fournir un petit effort supplémentaire avant de s’emparer de la position tête et corde. Si Avranche imprima un train modéré, on peut penser qu’il aurait pu patienter encore un peu avant de lancer le sprint — il démara au poteau des 600m—, car sa monture manqua de jus dans la ligne d’arrivée. Cette attaque prématurée fut à l’avantage de Gharbee, qui sortit un joli coup de reins pour remonter le meneur avant de repousser l’assaut de Beautiful Bhutan avec une certaine assurance et propulser David au panthéon. Il devient ainsi le treizième jockey à réussir cet exploit sur le turf mauricien.
Les commissaires annoncèrent l’ouverture d’une enquête avant même que les chevaux n’aient regagné le paddock à l’issue de l’épreuve d’ouverture afin de faire la lumière sur un incident impliquant Fire Curtain et Kowloon Bay dans la ligne d’arrivée. Il fut rappelé à Teeha de son devoir d’objecter contre un cheval qui lui incommode en course. Lors de l’enquête, il fut établi que Fire Curtain versa à l’intérieur, refermant le passage à Kowloon Bay, qui dut être repris sur environ trois foulées avant d’être dirigé à l’extérieur du cheval de Rama. Fire Curtain, arrivé deuxième, fut ainsi rétrogradé à la quatrième place au profit de Roving Consort et Kowloon Bay, qui aurait pu disputer la victoire s’il n’avait pas été gêné. En ce qu’il s’agit du gagnant, il suivit en mid-field à la corde avant d’être déboité à la route. Lancé entre Put Foot Singe et In The Frame dans la dernière courbe, il prolongea son effort sous la poigne de Bardottier, qui, après avoir perdu sa cravache peu avant le poteau des 1100m, n’eut que ses mains et ses bras pour encourager sa monture. Ek Tha Tiger répondit favorablement à ses sollicitations pour enregistrer la première victoire officielle de sa carrière.
Des doutes avaient été émis sur sa condition physique après qu’il ait été contracté un début de fièvre quelques semaines plus tôt. L’entraîneur d’Argo avait toutefois assuré son entourage sur l’état de santé de son protégé. Aussi, il était aligné pour la première fois sur 1600m sur notre turf, mais vu son gabarit, sa tenue n’était pas vraiment sujette à caution. Cet alezan de 4 ans confirma son étendard de favori pour enregistrer sa quatrième victoire d’affilée. On s’attendait à voir Urbi Et Orbi ou Southern Heights se porter aux avants postes, mais profitant du départ moyen de ses adversaires, Argo s’installa en tête facilement. Nullement inquiété, le favori imprima une allure modérée, réduisant ainsi la course à un sprint sur 600 mètres. Il était évident que la monture de Bussunt ne serait pas facile à remonter s’il avait conservé ses moyens. Malgré sa dérive sur les barres extérieures, il s’imposa avec une avance confortable sur Cula. A noter que Georgean Boy fut retiré de la course . Il se cabra dans les boites et son pied gauche atterit dans la stalle à côté. Lorsqu’il fut retiré, il tomba à la renverse. Une déduction de 2 sous par roupie fut effectuée sur les gains du cheval gagnant.
La troisième épreuve fut également marquée par un incident dans l’emballage final. La sirène retentit pour annoncer une enquête d’office avant que Rye Joorawon, qui pilotait Al Capitano, ne loge deux objections contre Elusive Love et Cash Lord pour interférence alléguée. Dans un premier temps, Lerena dirigea sa monture à l’intérieur d’Even Chance qui avait versé à l’extérieur. Al Capitano convoitait ce même passage. A un certain moment, il semblerait qu’il y tout juste ait assez d’espace pour que s’infiltre un cheval surtout que Brave Leader versa également à l’intérieur, mais le représentant de Ricky Maingard continua son mouvement sur la droite, gênant à environ 100m de l’arrivée Al Capitano qui dut être repris. Considérant que Lerena n’a pas monté jusqu’au but et la marge d’une longueur séparant les deux chevaux à l’arrivée, les commissaires furent convaincus qu’Al Capitano n’aurait pas terminé avant Elusive Love n’était cet incident. Cash Lord n’ayant pas vraiment influencé les résultats, les deux objections furent rejetées. Joorawon fut même sanctionné d’une amende de Rs 10 000 pour objection frivolle contre Cash Lord. Lerena fut, lui, trouvé coupable de monte négligente, et il écopa d’une mise à pied d’une semaine et d’une amende de Rs 25 000.