Le 1er mai est un jour chômé depuis 1950. Le monde ouvrier mauricien le doit à Guy Rozemont. Ce tribun propose une motion en ce sens au Conseil législatif, le 29 avril 1949. Scope donne à faire connaissance avec un homme de conviction, mort sur un lit d’hôpital lors d’un entretien avec ses contemporains, Sir Seewoosagur Ramgoolam et Renganaden Seeneevassen. Rozemont est mort à 41 ans.
La fête du Travail est célébrée pour la première fois à Maurice en 1938. La suggestion de jour férié, le 1er mai est obtenue une dizaine d’années après la première célébration au Champ de Mars, grâce notamment à Guy Rozemont. Qui était cet homme à qui les politiciens rendent hommage depuis plus de cinquante ans ?
Rozemont était un esprit frondeur. La petite histoire retiendra sa photo avec un baril de rhum afin de narguer ses détracteurs ayant fomenté une campagne de dénigrement basée sur son penchant pour la bouteille. Quelques années plus tôt, il fut marin sur un bateau de pêche pour ne pas céder au chômage.
Après un passage au collège Royal de Curepipe, cet orphelin de père met fin à ses études sur les bancs du collège St. Joseph à 16 ans, avant de prendre le large. Il sera aussi garçon de salle à l’hôpital militaire de Floréal. Mais tout ceci est anecdotique.