Le Roumain Daniel Bazu a réalisé un joli coup en s’offrant tour à tour les deux Malgaches qui faisaient figures d’épouvantails pour remporter son tout premier titre du simple hommes samedi à Vacoas lors du Gymkhana Open de tennis. Après avoir écarté 6-3, 5-7, 6-3 le tenant du titre, Jacob Rasolondrazana (1), il a enlevé la finale 6-4, 7-5 contre Jean-Richard Randriamanantsoa (2) à l’issue d’un match contesté par moment pour des erreurs d’arbitrage.
Leur duel promettait d’être très disputé, mais il est allé plus loin en faisant parfois des étincelles… L’élimination inattendue de Jacob Rasolondrazana par Daniel Bazu en demi-finales pouvait sans doute laisser croire à Jean-Richard Randriamananatsoa que son adversaire lui avait fait éviter le plus dur et, par conséquent, la voie vers la victoire lui était plus ouverte.
Mais c’était sans compter avec la détermination du Roumain, qui aborda ce match sans signe de nervosité qu’il affiche habituellement. Jusqu’au milieu du premier set quand le Malgache concéda deux balles de jeu alors qu’il menait 40-15 sur son service. Le Roumain en profita pour prendre l’avantage avant de faire le break 5-4, au grand dam de son adversaire.
« La balle était bien sortie et il (Bazu) l’avait bien vu. Il y avait faute. Mais l’arbitre a laissé jouer. Et quand je lui ai retourné cette balle, il a fait le point. Cela m’a m’énervé… Cela m’a vraiment affecté. Mais je n’aurais pas dû m’énerver. Ce n’est pas une excuse pour expliquer pourquoi j’ai perdu cette finale, car je l’ai déjà battu avant et c’est la première fois seulement qu’il me bat. Je voulais simplement gagner, car j’aime bien cette surface (gazon) », nous lâchait le Malgache après qu’il eut retrouvé son calme à la sortie du match. Assurément, cette défaite lui restera en travers de la gorge.
Mais toujours est-il que samedi, Daniel Bazu, 28 ans, a fait plus souvent montre de sans-froid et de maîtrise que d’habitude à la conclusion. Sa victoire remportée vendredi contre Jacob Rasolondrazana en demi-finales lui avait sans doute boosté le moral, de sorte qu’il pouvait aborder cette finale plus confiant, sans se mettre la pression.
«  C’est mon premier titre à Maurice depuis que je suis arrivé en 2012 et ma première victoire contre Jean-Richard. Jusqu’ici, j’avait toujours perdu au tie-break et au dernier moment. Et c’est bien de gagner enfin ! Aujourd’hui (samedi), je suis venu pour jouer, sans trop réfléchir et me prendre la tête. Le plus important était d’y croire vraiment. Mais c’est vrai qu’il faudrait la prochaine fois penser à mettre deux juges de ligne afin d’éviter ce genre de situation. Mais pour le reste, je suis très content d’avoir gagné cette finale. Celle-ci s’est déroulée comme je l’avais prévu, elle a été très serrée. Mais j’ai bien défendu chaque balle », confiait à son tour le vainqueur après le match.
Cette finale disputée sous un ciel par moment pluvieux connut une très brève interruption. Bazu en profita alors pour déplorer à l’arbitre les erreurs survenues en fin du premier set. On pouvait l’entendre lui reprocher le fait qu’il avait bien cherché à compenser son adversaire dans le jeu suivant, le point que ce dernier avait précédemment perdu.
« Je lui ai fait savoir qu’il avait besoin de plus de soutien pour arbitrer une finale et je crois que l’organisation gagnerait également à y penser. Compenser une faute par une autre peut effectivement changer le cours d’un match », estime le Roumain.