La gymnastique à Maurice est une discipline qui intéresse de plus en plus les jeunes. Le vrai développement de ce sport est intervenu avec l’arrivée de l’entraîneur-gymnaste Iana de Morelos, d’origine russe, quand elle a fondé une académie de gymnastique à Maurice en 2012. Par la suite, elle a entamé les négociations avec le ministère de la Jeunesse et des Sports (MJS) et le Comité olympique mauricien (COM) pour le lancement de la Fédération mauricienne de gymnastique qui regroupait au départ quelques clubs. Actuellement, cette instance compte huit clubs dans six régions de l’île.
C’est au cours de l’année 2012 que la FMG a été mise en place. Actuellement, il y au sein du comité exécutif sept membres qui se sont engagés à travailler ensemble de 2013 à 2017. « Concernant les activités de l’an passé, la fédération avait organisé le championnat national de gymnastique de culbute et trampoline le samedi 7 décembre 2013 à Flacq. Une centaine de gymnastes en provenance des six clubs étaient en action. Le président du Mauritius Sports Council, Kris Appadoo, était également présent pour cet événement », fait ressortir Sarvesh Lutchmun, président de la Fédération mauricienne de gymnastique. Il y a également eu la première compétition interclubs tenue à Rivière-du-Rempart le 15 juin 2013 en présence du ministre de la Jeunesse et des Sports (MJS), Devanand Ritoo.
Puis, la 2e édition du championnat de gymnastique de l’université de Maurice s’est tenue le 26 octobre 2013 au gymnase de Réduit. À cette occasion, il y avait la participation de 50 gymnastes. Hormis les compétitions, l’instance fédérale se charge de l’organisation de diverses autres activités telles que les séminaires, les ateliers de travail, les démonstrations et les camps.
Pour la saison 2014, la FMG prévoit un calendrier bien rempli. « Nous aurons plusieurs événements pour les cinq disciplines de la gymnastique qui sont très pratiquées à Maurice, à savoir la gymnastique rythmique, la gymnastique artistique, le culbute-trampoline, la gym pour tous et la gymnastique acrobatique », souligne Sarvesh Lutchmun.
La saison dernière les compétitions étaient nombreuses et la fédération souhaite continuer en ce sens. Toutefois, elle reste dans l’attente de la reconnaissance du MJS. « Nous avons déjà fait la demande d’application pour la reconnaissance du MJS avec qui nous sommes régulièrement en contact. La FMG est confiante d’avoir une réponse positive dans les jours à venir », soutient le président de la FMG.